Crédit : Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

Alouettes de Montréal

Alouettes: une solution temporaire et... nécessaire

Publié | Mis à jour

Ce n’était pas dans les plans de Danny Maciocia de porter à la fois le chapeau d’entraîneur-chef et celui de directeur général des Alouettes de Montréal, mais la tenue de son équipe nécessitait un changement.

«J’aurais pu garder le statu quo, en espérant que ça change dans les prochaines semaines. Je crois toutefois que j’avais une responsabilité envers nos joueurs, nos autres entraîneurs et nos partisans», a indiqué l’homme de 55 ans jeudi, au lendemain du congédiement de l’entraîneur-chef Khari Jones.

Le premier réflexe de Maciocia a été de regarder si un autre coach, ailleurs, était disponible pour redresser la barre du club ayant maintenu un dossier de 1-3 jusqu’à maintenant en 2022.

«Le problème que nous avons actuellement, c’est qu’il y a plusieurs candidats intéressants - qui méritent d’avoir au moins une entrevue - mais qui occupent des emplois ailleurs. Nous ne pouvons donc pas leur parler. C’est la raison principale pour laquelle je descends sur les lignes de côté.»

L’entraîneur-chef par intérim a d’ailleurs répété à de nombreuses reprises qu’il ne sera pas le pilote de sa formation l’an prochain et qu’il s’agissait de la meilleure solution temporaire.

Encore et toujours l’indiscipline

Après la défaite des siens, samedi dernier, Maciocia a fait ses devoirs.

«J’ai regardé les huit derniers matchs que nous avons disputés, excluant les matchs préparatoires, et j’ai réalisé que nous avions une fiche de 2-7. J’ai aussi constaté que nous avions des problèmes qui se répétaient.»

Parmi les «problèmes», le DG a évoqué et insisté sur l’indiscipline. Ce mauvais pli a été encerclé au feutre rouge lors du bilan de la dernière saison et est encore bien présent cette année.

«C’est quelque chose qui était récurrent dans les deux dernières années. Je sais que Khari a adressé la question dans le vestiaire, mais son message ne passait pas. C’est quelque chose qui était alarmant pour moi.»

«Cela inquiétait aussi nos joueurs. Je peux vous dire que certains d’entre eux m’en ont parlé, a-t-il ajouté. Nous allons être beaucoup plus sévères et nous allons en demander beaucoup plus à nos joueurs concernant la discipline. Nous voulons également ramener la passion qui, je trouve, nous manquait.»

Un vote de confiance

Le propriétaire des «Als», Gary Stern, était présent à la conférence de presse virtuelle. L’homme d’affaires s’est fait plutôt silencieux, mais a tout de même accepté de répondre à une question : «Quelle était votre réaction quand Danny vous a présenté son plan?».

S’en est suivi une longue tirade de plusieurs minutes, où il a essentiellement révélé que Maciocia était le seul capitaine à bord en ce qui concerne les opérations football.

«Quand j’ai rencontré Danny, j’ai tout de suite su qu’il était mon homme. Il est expérimenté, honnête, intègre et professionnel. Personne n’aime plus les Alouettes que lui, a notamment exprimé Stern pendant sa longue déclaration d’amour à son DG. [...] Quand il me dit ce dont nous avons vraiment besoin, je l’écoute, je le crois et j’endosse ses décisions.»

De vieux complices

En ramenant Noel Thorpe dans le giron des Alouettes de Montréal, Danny Maciocia s’est assuré d’avoir un homme de confiance à ses côtés.

Les deux complices se côtoient depuis plus de deux décennies, eux qui ont travaillé ensemble chez les Eskimos d’Edmonton, à l'époque. Le nouveau coordonnateur défensif des «Moineaux» avait aussi aidé son ami à établir de nouvelles bases au sein du programme de football des Carabins pendant les deux premières années de Maciocia à l’Université de Montréal.

«Je connais Noel depuis plus de 20 ans et nous nous parlons tous les dix jours environ», a révélé Maciocia, au lendemain des renvois de l’entraîneur-chef Khari Jones et du responsable de la défense Barron Miles.

«Nous voyons les choses de la même manière, a-t-il poursuivi. En ce qui concerne la défensive, il s’agit de quelqu’un qui va livrer la marchandise à tous les matchs et tous les entraînements. C’est quelqu’un qui est structuré et exigeant.»

Thorpe a occupé pratiquement toutes les positions comme entraîneur dans la LCF, mais n’a jamais obtenu un poste comme entraîneur-chef. Pourrait-il être celui qui prendra la relève de Maciocia après la présente campagne?

«Je ne suis pas rendu-là», a répondu le DG des Alouettes, qui n’a pas fermé la porte à cette possibilité.

En comité

Par ailleurs, Maciocia a indiqué que c’est l’entraîneur des receveurs de passes Michael Lionello qui appellera les jeux en attaque la semaine prochaine, quand les Elks d'Edmonton seront de passage au Stade Percival-Molson. C’est Jones qui avait cette responsabilité auparavant. L’établissement du plan de match et le choix des jeux utilisés seront dorénavant une responsabilité partagée par tous les entraîneurs en offensive.

Pour sa part, Maciocia fera plutôt ce qu’il appelle de la «gestion» sur les lignes de côté.

«Je vais gérer le match. Je vais prendre des décisions dans certains moments critiques des parties», a-t-il affirmé en donnant quelques exemples, comme une situation de deuxième essai et deux verges à franchir.