Crédit : AFP

Cyclisme

TDF: Guillaume Boivin a dû emprunter un vélo

Publié | Mis à jour

La crise qui secoue le transporteur Air Canada a résonné jusqu’au Tour de France quand le Québécois Guillaume Boivin a révélé qu’il lui manquait trois vélos ainsi que ses effets personnels.

Pire encore, le cycliste professionnel a aussi affirmé qu’il avait fait la première étape du Tour de France dans les rues de Copenhague avec le vélo d’un autre membre de son équipe.

«Ce n’était pas mon bike. Merci à Air Canada, mes vélos et ma valise ne sont toujours pas arrivés. J’ai l’impression que je vais les avoir après le Tour parce que nous partons d’ici [du Danemark] dans deux jours. J’ai pris le vélo d’un autre gars pour le contre-la-montre», a mentionné Boivin, mécontent de la situation, mais relativement zen dans les circonstances.

Après l’annonce initiale qu’il était écarté de la Grande Boucle par Israel-Premier Tech la semaine dernière, le Montréalais avait rapidement quitté l’Europe en direction du Canada pour participer aux deux épreuves principales du Championnat canadien sur route à Edmonton.

Rappelé d’urgence sur le Vieux Continent, Boivin a transité par Montréal avant d’atterrir au Danemark mercredi. Difficile de dire où se trouve exactement son matériel.

Des nouveaux vêtements

Une relationniste de l’équipe, Phoebe Haymes, est finalement allée lui acheter quelques vêtements pour poursuivre l’aventure.

Hors course, les cyclistes sont habillés de la tête aux pieds en survêtements de sport, mais il doit certainement manquer quelques morceaux moins visibles.

«On est habitués avec Air Canada. Ça fait deux fois en une semaine sans valise. À Edmonton, les vols étaient en retard et je suis arrivé dans la nuit sans valise aussi. Ce n’est pas l’idéal. Je suis chanceux ici, j’ai d’autres vélos», a ajouté l’athlète de 33 ans.

Évidemment, les mécaniciens possèdent les tailles nécessaires et les ajustements propres à chaque membre de la formation, mais les cyclistes aiment avoir l’esprit tranquille sur la plus grosse course au monde.

Vols annulés

Le plus grand transporteur du pays a annoncé mercredi soir qu’il annulera plus de 15 % de ses vols en juillet et en août dans un contexte où le réseau aérien au pays croule sous la recrudescence écrasante des voyages.

Les défenseurs des droits des consommateurs exigent une compensation d’Air Canada pour des centaines de milliers de passagers, mais les intentions de la ligne aérienne à ce sujet restent toujours incertaines.

Le PDG d’Air Canada, Michael Rousseau, s’est excusé pour les annulations de vols et pour les défaillances en matière de service à la clientèle. Il a également déclaré dans un courriel aux voyageurs que la réduction des horaires découlait de tensions dans le système aéronautique mondial — potentiellement hors du contrôle d’Air Canada — en les qualifiant de sans précédent et d’imprévues.

Pas facile à Montréal-Trudeau

À l’aéroport Montréal-Trudeau, les voyageurs ne sont pas au bout de leur peine. L’achalandage monstre, les files d’attente, les bagages perdus et les vols annulés pourraient perdurer jusqu’au mois d’août selon le PDG Philippe Rainville.

Plusieurs passagers découragés ont notamment partagé des photos du chaos des bagages à l’aéroport de Montréal.