Crédit : PHOTO COURTOISIE / BERNARD BRAULT

Golf

La victoire à Bromont pour Sarah-Eve Rhéaume

Publié | Mis à jour

La Québécoise Sarah-Eve Rhéaume a mené d’un bout à l’autre le Championnat féminin de la PGA du Canada, au club de golf Château-Bromont, pour mettre la main sur le titre, vendredi.

La joueuse amatrice de Québec, qui fait partie de l’équipe de l’Université Fairmont State de Caroline du Sud, a choisi le bon moment pour connaître la meilleure ronde du tournoi, remettant une carte de 66 (-7). Rhéaume a réussi pas moins de neuf oiselets.

«C’est génial, a indiqué Rhéaume à Golf Québec après le tournoi. J’ai vraiment eu une excellente journée et cela fait du bien de remporter la victoire. Mon ami Matt a été mon cadet cette semaine. C'est la deuxième fois que nous travaillons ensemble et nous avons gagné chaque fois. Nous formons donc une équipe incroyable.»

Cet excellent résultat lui a permis de conclure avec un pointage total de 207 coups (-12), trois frappes devant la Sud-Coréenne Min-G Kim, qui l’a talonnée pendant tout le tournoi. L’Ontarienne Rebecca Lee-Bentham a complété le podium à 215 coups (-4).

Elle entre dans l’histoire comme la première amatrice à remporter cet événement depuis l’Ontarienne Brooke M. Henderson, en 2014. Aucune Québécoise n’avait mis la main sur le trophée Lorie-Kane depuis Marie-Josée Rouleau, en 2006.

«Chaque fois que vous pouvez être comparée à Brooke, c'est une bonne chose, a enchaîné Rhéaume. Elle a accompli tellement de grandes choses. Je suis simplement chanceuse d'avoir mon nom aux côtés du sien sur ce trophée. »

N’étant ni une joueuse professionnelle ni membre de la PGA du Canada, Rhéaume n’a mis la main sur aucune bourse. Kim, quant à elle, partira de Bromont avec un chèque de 15 000 $.

Parmi les 14 Québécoises à ce tournoi, Caroline Ciot s’est aussi démarquée avec le cinquième rang au classement final. Elle a perdu des plumes en cette troisième journée avec une carte de 75, sa pire du tournoi.

«Je sais que je suis capable de bien jouer ici, mais je n’ai pas été capable de prendre mon rythme, a expliqué Ciot. J’ai effectué de bons coups de départ, mais mes coups de fer étaient plus difficiles. Ensuite, quand j’ai eu des chances d’oiselets, je n’ai pas été capable de les concrétiser. C’est sûr que c’est décevant, mais j’ai eu plusieurs tournois récemment et je pourrai digérer tout ça tranquillement.»