Hockey

Scandale d’ÉCJ 2018 : Victor Mete fait le point

Publié | Mis à jour

Le défenseur Victor Mete tient fermement à se dissocier du cas d’agression sexuelle entachant Hockey Canada et il l’a rappelé à sa manière jeudi en affirmant qu’il était absent au gala de la fédération nationale tenu en marge des présumés faits.

Membre de la formation canadienne qui a remporté la médaille d’or au Mondial junior précédant de plusieurs mois la soirée de juin 2018, l’arrière de 24 ans avait déjà présenté son alibi. Peu après le dévoilement de l’histoire il y a quelques semaines, il disait par le biais de son agent ne pas être impliqué dans le viol collectif d’une femme qui aurait reçu ultérieurement une compensation financière en vertu d’un règlement hors-cour.

Or, Mete a jugé bon de prendre la parole sur son compte Twitter.

«Je pense qu’il est important pour moi de préciser que je n’étais pas présent aux célébrations organisées à cette soirée de gala quand les faits allégués sont survenus. Je me trouvais en vacances avec ma famille et des amis en Jamaïque. J’ai pris connaissance de tout cela grâce à des informations dans les médias», a-t-il ainsi rédigé.

«Je suis profondément bouleversé par les détails concernant ce cas et si mon aide est requise pour contribuer à une enquête, j’offrirai ma collaboration de toute façon possible.»

L’ancien du Canadien de Montréal a disputé la dernière campagne avec les Sénateurs d’Ottawa. Outre le défenseur, Cal Foote, Cale Makar et Dante Fabbro avaient écarté publiquement – par la voix de leurs représentants – toute implication dans l’agression.