Tennis

Andreescu et Shapovalov éliminés à Wimbledon

Publié | Mis à jour

Bianca Andreescu a rencontré plus forte qu’elle, jeudi, alors qu’elle a perdu contre la Kazakhe Elena Rybakina en deux manches au deuxième tour de Wimbledon.

La Canadienne a baissé pavillon au compte de 6-4 et 7-6 (5).

Andreescu était remplie de bonnes intentions avant son duel, mais elle savait aussi qu’elle rencontrait une grosse pointure du tennis féminin. Rybakina est la 17e favorite du tournoi.

«Nous nous sommes bien battues dans ce match, a mentionné Bianca Andreescu lors de son point de presse. Elle a saisi ses opportunités plus que moi. Elle servait bien, mais pour ma part, je ne servais pas à mon plus haut niveau. J’ai fait ce que j’ai pu.»

La Kazakhe s’est imposée dès le départ grâce à son puissant service. La vitesse de certaines de ses balles était comparable à celle des hommes. Cependant, Andreescu a été en mesure de répliquer. La première manche était au coude à coude.

Cependant, avec une marque de 5-4 de Rybakina, la Torontoise a connu un mauvais jeu pour échapper la première manche bêtement.

En deuxième manche, Rybakina s’est forgé une avance de 5-3 contre Andreescu à la suite d’un bris. Cette dernière a fait montre de caractère en brisant son adversaire et en poussant la manche au bris d’égalité.

Lors de cette étape, la Kazakhe a profité des largesses d’Andreescu au service. La 56e joueuse mondiale a commis une double faute alors que son opposante avait une avance de 5-4. Une erreur fatale.

«Je ne m’attendais pas à ce qu’elle serve aussi bien, a précisé Andreescu. Je tente de ne pas avoir d’attentes avant un match. Lorsque tu regardes une joueuse à la télévision, ce n’est pas la même chose de l’affronter sur le terrain. Elle a vraiment bien joué.»

Elle a semblé émotive à un certain moment du bris d’égalité.

«C’est arrivé lorsqu’elle a frappé une balle sur la ligne. C’était un mauvais bond et je me suis mis à rire en les regardant. Je voulais vraiment gagner, mais ce n’était pas ma journée. J’ai l’impression que l’univers continue de me tester.»

Bousculée de toutes parts

En raison de la puissance de Rybakina, Andreescu n’a pas été en mesure d’imposer son style. Lorsqu’elle arrivait à le faire, l’ancienne championne des Internationaux des États-Unis avait de bonnes séquences et elle sortait souvent gagnante des échanges.

Par contre, elle a manqué de constance durant le duel. Après un bon jeu, elle en arrachait souvent lors du suivant. Elle était hésitante dans ses attaques. À ce niveau, ça ne pardonne pas.

Andreescu doit trouver une façon de redevenir la joueuse agressive qu’elle était auparavant. Dans son cas, c’est avant tout un problème entre les deux oreilles. Sur le plan physique, elle n’a jamais été en aussi grande forme.

D’ailleurs, elle est allée s’entraîner avec son préparateur physique après le match pendant 60 minutes.

«Je sens que les bonnes choses vont arriver. Il suffit que je continue à bien me préparer et à entretenir de bonnes habitudes. Je dois continuer d’apprendre.

«Pour ce qui est de ma session d’entraînement, mon préparateur Abdul Sillah m’a poussé un peu plus que je le pensais. Auparavant, je n’aurais pas été en mesure de m’entraîner après un match.»

Andreescu va prendre quelques jours de congé avant d’amorcer sa saison sur la surface dure. Elle participera aux tournois de San Jose, Toronto et de Cincinnati avant de s’attaquer aux Internationaux des États-Unis.

Shapovalov aussi

L’Ontarien Denis Shapovalov a lui aussi livré une performance en dents de scie au deuxième tour et cela lui a valu une défaite en quatre manches de 6-2, 4-6, 6-1 et 7-6 (6) aux mains de l’Américain Brandon Nakashima.

Conséquemment, il ne reste plus de Canadiens en lice dans le tableau principal de l’événement, autant chez les hommes que les femmes.

«Shapo» a encore une fois vécu des hauts et des bas contre un rival moins bien classé que lui. Contrairement à son duel de première ronde, qu’il a remporté en cinq sets contre le Français Arthur Rinderknech, 62e au monde, il n’a pu s’en sortir face au détenteur du 56e échelon de l’ATP.

Le 16e joueur du circuit professionnel a commis les huit doubles fautes de cet affrontement de 2 h 19 min. Il a conservé un faible pourcentage de réussite de 46 % sur son premier service et a vu Nakashima réaliser quatre bris en six occasions. L’athlète de l’unifolié a dominé 32 à 22 au chapitre des coups gagnants, mais a totalisé 30 fautes directes, 16 de plus que son opposant.