Repêchage de la LNH

Shane Wright se fout des listes

Publié | Mis à jour

L’année de repêchage de Shane Wright aura assurément été tout sauf un long fleuve tranquille. Malgré tout, l’attaquant des Frontenacs de Kingston ne changerait de place avec personne.

Le joueur de centre canadien a vu son statut de premier espoir en vue de l’encan amateur être menacé et remis en question plus que quelconque joueur dans la dernière décennie. Tantôt vanté, tantôt critiqué, son jeu a été décortiqué de A à Z par différents experts, surtout après que le Canadien eut remporté la loterie et le premier choix au total.

Après, tout le monde avait son opinion sur Shane Wright.

«C’est certain que ce n’est pas quelque chose que tu peux ignorer facilement. Maintenant que la saison est terminée, mon attention est tournée vers le repêchage. Par contre, ce n’est que du bruit et je n’ai pas de contrôle sur ce que les gens disent ou sur les différents classements. Je me concentre à être le plus prêt possible pour le repêchage. Ça vient évidemment avec de la pression, mais je veux profiter du moment le plus possible», a-t-il mentionné, mardi soir, en marge du gala de la Ligue canadienne de hockey lors duquel il a remporté, sans surprise, le prix du meilleur espoir professionnel.

Pas important

Parlant de classements, celui du journaliste de TSN Bob McKenzie, publié mardi, a confirmé ce que plusieurs avançaient depuis de nombreuses semaines : le statut de Wright comme meilleur espoir au monde et choix assuré du Canadien avec le premier au total est menacé.

Après avoir mené un sondage auprès de neuf recruteurs de la LNH, le journaliste a placé Juraj Slafkovsky au premier rang après que cinq d’entre eux l’aient placé également au sommet.

Pour Wright, ça ne change rien.

«Je ne m’attarde pas beaucoup aux différentes listes. En bout de ligne, ce ne sont que des classements et ça ne veut pas dire que ce sera représentatif de l’ordre du repêchage. On ne le saura pas avant le 7 juillet, donc je ne m’en soucie que très peu. Je sais que ce sont des gens intelligents qui mettent beaucoup d’effort derrière ces classements, mais ils m’importent peu.»

Vivre l'expérience

Après avoir été sous les projecteurs toute la saison – en fait il l’est depuis l’âge de 14 ans – le grand jour approche enfin pour Wright. Dans huit jours, il saura enfin avec quelle formation il aura la chance de débuter son expérience professionnelle.

Même si la dernière saison a été éprouvante pour lui et qu’il a dû vivre avec des attentes et des critiques, il assure toujours s’amuser.

«Je profite de chaque seconde. J’ai la chance de pratiquer le sport que j’aime et de vivre une expérience que je rêve de vivre depuis que je suis un enfant. Il n’y a rien que je n’aime pas dans tout ce processus. Parfois, ça peut être un peu éprouvant, mais je n’échangerais de place avec personne en ce moment.»

Hulton est l'entraîneur de l'année

Deux membres de la LHJMQ sont repartis du gala de la LCH avec des distinctions, mardi. L’entraîneur-chef des Islanders de Charlottetown, Jim Hulton, a tout d’abord gagné le titre d’entraîneur de l’année au pays, tandis que l’attaquant des Mooseheads de Halifax Jordan Dumais a mis la main sur le prix du gentilhomme.

Dans le cas de Hulton, il s’agissait de la deuxième année consécutive qu’il mettait la main sur cette récompense.

«Notre équipe de recruteurs fait un job incroyable pour identifier les joueurs ayant du caractère. C’est un honneur individuel qui devrait plutôt être un honneur collectif. Ce prix revient aux Islanders de Charlottetown.»

La saison dernière, les Islanders ont terminé au deuxième rang du classement général de la LHJMQ grâce à une fiche de 48-13-7. Ils se sont inclinés en finale de la Coupe du Président face aux Cataractes de Shawinigan.

Par ailleurs, c’est l’attaquant des Blazers de Kamloops Logan Stankoven qui est reparti avec le titre de joueur par excellence dans la Ligue canadienne de hockey, coiffant entre autres au fil d’arrivée le membre des Sea Dogs de Saint-Jean William Dufour.