CF Montréal

Les Ultras auraient fait du grabuge au Stade Saputo

Publié | Mis à jour

Les Ultras, un groupe de partisans passionnés du CF Montréal, auraient fait du grabuge au Stade Saputo, samedi, lors de la victoire de 2 à 1 du CF Montréal contre le Charlotte FC.

Selon un communiqué du CF Montréal, émis dimanche, le groupe d’amateurs qui a repris possession de la section 132 le temps d’un match, après une absence qui remontait au mois de septembre, a commis quelques «gestes illégaux», «dont notamment l’utilisation d’items pyrotechniques non autorisés, mettant ainsi à risque la santé et la sécurité de l’ensemble des gens réunis». 

Les Ultras avaient été bannis du CF Montréal la saison dernière, après s’être fait reprocher plusieurs comportements nuisibles dans leur section.

Ce groupe hautement opposé au changement d’identité du CF Montréal, lui qui préférait le nom «Impact de Montréal» et l’ancien logo qui l’accompagnait, n’a pas semblé apprécier les efforts de l’organisation montréalaise, qui a récemment dévoilé un nouveau logo. «Échec international» et «Rebrand local» étaient d’ailleurs lisibles sur des bannières faites à la main.

Le CF Montréal semble toutefois ouvert à préserver des discussions ouvertes avec les Ultras.

«En tant qu’organisation responsable, nous analysons la situation pour bien comprendre ces incidents et continuons à collaborer avec tous les groupes de supporters pour soutenir et optimiser l’ambiance au stade sans un environnement sécuritaire, a ajouté l’organisation. Notre priorité demeure la santé et la sécurité de tous et toutes.»

Les joueurs comblés 

Si la haute direction du onze montréalais a condamné les débordements dans la section 132, les joueurs se sont quant à eux réjouis de l'ambiance survoltée au Stade Saputo lors du match de samedi.

«C'était le "fun" ! Plus il y a de [partisans], plus on entend du bruit et ça nous motive. Ils sont les bienvenus», a lancé le héros du duel, le Québécois Mathieu Choinière, après la rencontre.

«C'est le genre d'ambiance qui nous transporte à chaque match, a quant à lui indiqué Romell Quioto, par l'entremise d'un interprète. Les gars ont réalisé que les Ultras étaient là et c'est quelque chose d'important pour eux. Ils sont très heureux qu'ils soient de retour au stade.»

L'entraîneur-chef Wilfried Nancy n'était pas au courant du retour des Ultras avant le premier coup de sifflet, mais a assuré qu'il les avait entendus.

«Il y a eu du bruit. Tant mieux s'il y a une opportunité pour que les fans reviennent, tout le monde, que ce soit les Ultras [ou] la 1642. Pour moi ce sont les mêmes (...) On a besoin d'eux.»

Le prochain match du CF Montréal au Stade Saputo aura seulement lieu le 9 juillet, lui qui voyagera dans l’Ouest américain entre-temps, afin d’y affronter les Sounders de Seattle et le Galaxy de Los Angeles.