CF Montréal

Éviter la glissade

Publié | Mis à jour

Le CF Montréal reçoit le FC Charlotte samedi soir, et les choses ont bien changé depuis que ces deux équipes se sont affrontées il y a moins d’un mois et demi.

Montréal l’avait alors emporté 2 à 0 en Caroline du Nord et ajoutait un huitième gain à sa séquence record de rencontres sans défaites.

Depuis, la troupe de Wilfried Nancy n’a remporté qu’un seul de ses quatre matchs suivants en MLS, ajoutant une victoire et une défaite en Championnat canadien.

Dans le camp de Charlotte, on a fait un ménage du printemps en remerciant l’entraîneur-chef Miguel Angel Ramirez et trois de ses adjoints.

Avant un voyage

Pour Montréal, il est important de rebondir puisqu’il s’agit d’un dernier match au Stade Saputo avant un voyage d’une semaine sur la côte ouest qui mènera l’équipe à Seattle pour affronter les Sounders et à Los Angeles où elle visitera le Galaxy.

«C’est un match énorme parce qu’on ne veut pas perdre trois matchs de suite. On va partir sur la route pour un bon moment alors nous devons maximiser ce match devant nos partisans», a insisté l’attaquant Kei Kamara hier matin.

Rudy Camacho a renchéri en précisant qu’il fallait pouvoir mettre le pied dans l’avion avec une meilleure fiche.

«On va avoir un voyage compliqué, il faut donc prendre des points à domicile», a dit défenseur.

Standards élevés

Le Bleu-blanc-noir présente une fiche de quatre victoires et trois défaites à domicile, ce qui n’est pas l’idéal dans une ligue où les parties sont réputées difficiles à gagner en territoire ennemi.

«On est dans une situation où on a envie de gagner à la maison, a reconnu Nancy. Les standards sont plus élevés cette année et on ne peut pas se permettre de perdre des points comme on l’a fait contre Austin [samedi dernier].»

Revenons à ces trois défaites en quatre rencontres. Comment casse-t-on une telle séquence après en avoir connu une si bonne juste avant ?

«C’est une mauvaise période, on n’obtient pas ce qu’on veut et dans la façon dont on joue, on ne fait pas ce qu’on veut non plus, a reconnu Camacho. On s’en sort en gardant la tête froide, en continuant à bosser, mais surtout en travaillant plus fort.»

Bon adversaire

En plus de Ramirez, Charlotte a congédié l’adjoint Mikel Antia, le préparateur physique Cristobal Fuentes Nieto et l’analyste vidéo Luis Piedrahita, le 31 mai.

Ramirez a été remplacé par Christian Lattanzio, qui a depuis compilé une fiche d’un gain et un verdict nul.

Mais l’entraîneur-chef montréalais assure que le changement de garde n’a pas eu d’énorme effet sur la façon de jouer de Charlotte.

«Dans l’idée de jeu, c’est toujours la même équipe. Ils essaient de jouer, ils sont agressifs et ils jouent haut. Le nouveau coach joue dans un système très précis alors que Miguel changeait», a-t-il toutefois précisé.

Match référence

Lors de sa victoire à Charlotte, le CF Montréal avait livré une de ses bonnes prestations défensives de la saison. Peut-être même la meilleure, selon Camacho.

«On a fait un match référence sur le plan défensif contre eux. C’est le genre de prestation qu’il faut répéter et sur le long terme. On les a bloqués, je nous ai sentis vraiment costauds à Charlotte et j’aimerais qu’on joue comme ça plus souvent.»

On est donc loin de l’équipe qui a accordé quatre buts à Toronto mercredi soir.

Le défenseur français soutient toutefois que ça n’a rien à voir avec le roulement d’effectif.

«Peu importe qui joue, c’est un bloc défensif alors je ne pense pas que c’est en fonction des joueurs qui jouent. À l’entraînement, on utilise le même système alors les gars sont habitués.»

La vie sans Djordje

Le CF Montréal a disputé deux matchs depuis que Djordje Mihailovic s’est blessé et a été incapable de marquer un seul but.

On ne peut plus douter de l’importance du milieu de terrain américain, qui a touché la cible sept fois et fourni quatre passes décisives en 14 rencontres.

«Djordje est important, le fait d’en parler le démontre, a soutenu l’attaquant Kei Kamara en matinée hier. Mais il ne joue pas tous les matchs et il y a plusieurs autres joueurs qui peuvent occuper cette position.»

Kamara a toutefois indiqué que sa seule absence ne suffisait pas à expliquer les difficultés de l’équipe.

«Djordje nous manque, Kamal [Miller, un défenseur] nous manque, il nous manque plusieurs joueurs.»

L’apport de Lassi

Parmi ces joueurs, il y a le latéral gauche Lassi Lappalainen, qui vient de sortir du protocole COVID.

«Lassi nous apporte de la profondeur naturellement et c’est un profil qui nous manque, a expliqué Wilfried Nancy. Ça fait en sorte qu’on essaie d’attirer l’adversaire alors qu’on a plutôt besoin de faire bouger l’opposition de gauche à droite.»

L’entraîneur-chef espère pouvoir compter sur le Finlandais samedi soir, mais n’en était pas encore convaincu hier matin.

«J’espère qu’il pourra nous aider, on va tout faire pour. Selon des études, un joueur sur cinq a plus de chance de se blesser en revenant de la COVID», a avancé Nancy.

Pas inquiet

On en revient toutefois à ces deux blanchissages consécutifs depuis samedi dernier, ce qui étonne de la part de la meilleure attaque de l’Association de l’Est avec 28 buts.

«Il n’y a pas d’inquiétude, même si j’aurais aimé qu’on soit plus tranchants dans le dernier tiers», a concédé Nancy, qui a aussi noté avec un certain plaisir que les adversaires jouaient différemment contre son équipe.

«Les équipes nous connaissent alors elles mettent 15 joueurs au centre du terrain», a-t-il imagé.

«Ce qu’on fait au milieu, on peut aussi le faire sur le côté, a ajouté Nancy pour expliquer comment son équipe peut contourner le problème. On peut varier le jeu de gauche à droite. On doit être imprévisibles et là, on est un peu trop prévisibles.»

L'adversaire en 5 points

Du ménage

Malgré une première saison très correcte, Charlotte a congédié l’entraîneur-chef Miguel Angel Ramirez et trois de ses adjoints, le 31 mai, après seulement 14 rencontres en saison régulière. C’est Christian Lattanzio qui assure l’intérim.

Une fracture

Il semble que le message ne passait pas entre Ramirez et ses joueurs. «Il y a avait une fracture, les joueurs n’adhéraient pas à son idée. J’ai vu le soulagement sur plusieurs visages», a indiqué le capitaine Christian Fuchs au Charlotte Observer.

Manque de constance

C’est finalement un manque de constance dans la philosophie de jeu de Ramirez qui a causé sa perte. « Les plans de matchs changeaient régulièrement et ça causait de la confusion », a expliqué Fuchs, qui a aussi remis en question la préparation physique.

Tout ou rien

Charlotte offre des expériences bien différentes si un match est joué à la maison ou à l’étranger. À domicile, l’équipe présente un dossier de six victoires et deux défaites. En déplacement, l’équipe n’a toujours pas remporté un match (0-6-2).

Attaque anémique

Charlotte vit le même problème que plusieurs équipes d’expansion avec une attaque plutôt anémique. L’équipe de la Caroline du Nord a 16 réussites en autant de matchs. Heureusement, le jeu défensif est bon avec seulement 19 buts accordés.