Crédit : AFP

LNH

Les «Preds» ont offert un contrat de huit ans à Filip Forsberg

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Predators de Nashville, David Poile, a révélé qu’il avait offert une prolongation de contrat de huit ans à l’attaquant Filip Forsberg.

Celui qui pourrait devenir joueur autonome sans compensation le 13 juillet prochain a cependant refusé la proposition des «Preds».

«Nous parlons encore, nous parlons encore beaucoup», a déclaré Poile, dont les propos ont été rapportés par le site web de la Ligue nationale.

«Nous ne nous sommes toutefois pas encore entendus. La date limite arrive. J'aimerais donc que ce soit fait. C'est décevant. Je suis sûr [que le camp Forsberg est déçu] parce qu’ils pensent que nous devrions offrir quelque chose de différent. Nous pensons que nous avons fait la bonne offre. Nous devons simplement continuer à travailler pour parvenir à une entente.»

Poile n’a pas souhaité indiquer le montant associé au contrat qu’il a offert à son patineur de 27 ans.

En 2021-2022, Forsberg a connu sa meilleure campagne en carrière sur le plan statistique. Il a touché la cible à 42 reprises et fourni autant de mentions d’aide pour un total de 84 points en 69 rencontres.

Le Suédois a passé l’ensemble de sa carrière dans le circuit Bettman dans l’uniforme des Predators, même s’il a été repêché en première ronde (11e au total) de l’encan amateur de 2012 par les Capitals de Washington. Le club de Nashville avait fait son acquisition en avril 2013, contre les attaquants Martin Erat et Michael Latta.

«Dans mes conversations avec Filip, je perçois qu’il veut être ici, a dit Poile. C'est vraiment une décision de business. Ce n'est pas qu'il ne veuille pas être ici et aller ailleurs.»

«Nous essayons de gérer correctement notre équipe et nous offrons ce que nous pensons être le contrat approprié, non seulement pour lui, mais aussi pour que nous soyons capables de construire une bonne équipe. Si nous lui proposons un contrat de huit ans, c'est l'équipe de Filip pour les huit prochaines années. Il doit, espérons-le, comprendre cela.»