Crédit : Joël Lemay / Agence QMI

LNH

Hockey Canada dit devoir en faire plus

Publié | Mis à jour

Au coeur de la tourmente, Hockey Canada a réagi par voie de communiqué à la décision du gouvernement fédéral de suspendre le financement de l’organisation jusqu’à ce que celle-ci remplisse certaines conditions.

«Hockey Canada est au courant que la ministre [des Sports Pascale St-Onge] a établi des conditions relatives aux fonds que l'organisation reçoit du gouvernement fédéral», peut-on lire dans le communiqué obtenu par le réseau Sportsnet, jeudi.

La fédération a ajouté en ces termes: «Hockey Canada est profondément engagé et travaille activement à favoriser une culture dans notre sport où toutes les personnes impliquées se sentent en sécurité et dont tous les Canadiens peuvent être fiers. Nous reconnaissons qu'en tant que leaders, nous devons faire plus - et nous nous engageons à le faire. Dans les jours et les mois à venir, les Canadiens peuvent s'attendre à en savoir plus sur notre travail dans ce domaine».

Mercredi, la ministre St-Onge a établi deux conditions à la reprise du financement. Hockey Canada devra transmettre à Sport Canada le rapport «bien que partiel» de son mécanisme indépendant, ce qui inclut «un plan qui détaille comment ils vont implanter les recommandations dans l’organisation».

La fédération se devra également d’adhérer au Bureau de la commissaire à l’intégrité dans le sport et travailler «en étroite collaboration pour changer la culture du silence».

Hockey Canada dépend du financement gouvernemental pour environ 6 % de son budget annuel, qui s'élève à environ 7,8 millions $.

Entente hors-cour

Rappelons que l’organisation se retrouve sur la sellette pour avoir notamment réglé à l’amiable une poursuite intentée par une femme qui alléguait avoir été agressée sexuellement par huit joueurs d’Équipe Canada junior en 2018.

De hauts dirigeants de Hockey Canada avaient été appelés à témoigner devant le Comité permanent du patrimoine canadien, à la Chambre des communes, lundi dernier. Le chef de la direction, Scott Smith, avait refusé de discuter de deux autres plaintes d'agression sexuelle qui font actuellement l'objet d'une enquête de Hockey Canada. Il a aussi dit que son organisation reçoit deux ou trois plaintes d'agression sexuelle par année.

Par la suite, tous les partis politiques canadiens avaient exprimé leur mécontentement après ce passage. Mercredi, le Bloc québécois a déposé une motion en Chambre pour déclencher une enquête indépendante sur la gestion de la situation par Hockey Canada. Celle-ci a été appuyée par tous les partis.