Crédit : TOMA ICZKOVITS

Hockey

Le gouvernement gèle les fonds de Hockey Canada

Publié | Mis à jour

Le gouvernement du Canada a décidé de geler temporairement les millions de dollars qu’il versait en financement à Hockey Canada, tandis que l’ensemble des élus de la Chambre des communes est d’avis qu’une enquête indépendante sur l’organisation est nécessaire.

La ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, a confirmé sa décision mercredi après-midi.

«Lundi, le témoignage de Hockey Canada ne nous a pas fourni suffisamment d'informations. Nous n'avons pas appris grand-chose, mais ce que nous avons appris est profondément troublant», a-t-elle déclaré.

«L’organisation a dit qu'elle ne partagerait pas avec le comité les conseils qu'elle a reçus de la firme indépendante ni la façon dont elle compte donner suite à ces conseils. Nous avons également appris que l'enquête indépendante n’a pu être complétée et que les huit joueurs n'avaient pas été identifiés non plus. C'est inacceptable», a-t-elle ajouté.

La ministre a établi deux conditions à la reprise du financement : d’une part, que Hockey Canada transmette à Sport Canada le rapport «bien que partiel» de son mécanisme indépendant, ce qui inclut «un plan qui détaille comment ils vont implanter les recommandations dans l’organisation.

En deuxième lieu, Hockey Canada devra adhérer au Bureau de la commissaire à l’intégrité dans le sport et travailler «en étroite collaboration pour changer la culture du silence» si l’organisation espère toucher aux fonds fédéraux.

Appelée à commenter le leadership de l’organisation, Mme St-Onge n’a pas mâché ses mots : «déficient», «inapproprié» et «d’une autre époque».

Cette déclaration survient deux jours après les témoignages des hauts dirigeants de Hockey Canada devant le Comité permanent du patrimoine canadien, à la Chambre des communes. Le tout concernait le règlement hors cour relatif à une poursuite intentée par une femme qui alléguait avoir été agressée sexuellement par huit joueurs d’Équipe Canada junior en 2018.

«Il s'agit de changer une culture profondément enracinée, il ne s'agit pas de simples solutions de fortune», a dit la ministre St-Onge.

«Je vais utiliser tous les outils à ma disposition pour m'assurer que les gens soient tenus responsables de ce qui se passe dans le monde du hockey.»

Une enquête indépendante réclamée

Mercredi après-midi aux Communes, les élus de tous les partis ont appuyé une motion du Bloc québécois réclamant une enquête indépendante «sur la gestion qu’a fait Hockey Canada des événements de juin 2018, de façon à savoir s’il s’agissait d’un événement isolé ou s’il existe des lacunes dans la façon dont Hockey Canada traite les plaintes d’agressions sexuelles, de harcèlements sexuels et d’autres types d’inconduites qui lui sont rapportées».

Tous les partis avaient exprimé leur mécontentement après le passage en comité des hauts dirigeants de Hockey Canada.

Récemment, Hockey Canada a demandé de recevoir une somme de 2,2 millions $ de la part du gouvernement canadien pour l’aider à se remettre des effets de la COVID-19. Cet argent ne sera pas attribué tant et aussi longtemps que la fédération n’aura pas rencontré les exigences des instances politiques.

Hockey Canada a reçu environ 14 millions $ en subventions de la part du gouvernement fédéral au cours des deux dernières années.

Révélation troublante

Pendant son témoignage lundi, le chef de la direction, Scott Smith, a refusé de discuter de deux autres plaintes d'agression sexuelle qui font actuellement l'objet d'une enquête de Hockey Canada. Il a aussi indiqué que son organisation reçoit deux ou trois plaintes d'agression sexuelle par année.

«C'est la révélation la plus troublante que nous ayons entendue, a exprimé St-Onge. Pour moi, cela ne peut pas être le statu quo pour Hockey Canada, l'une des organisations sportives les plus puissantes au Canada. Cette culture ne peut plus être protégée.»