Crédit : Crédit: Courtoisie Denis Germain, Eye of the Tiger

Boxe

Steven Butler promet de représenter le Québec «comme il le faut»

Publié | Mis à jour

Même s’il place tous ses combats sur le même piédestal, le Québécois Steven Butler est conscient qu’il aura un poids supplémentaire sur les épaules lorsqu’il sera en tête d’affiche du gala d’Eye of the Tiger (EOTTM) prévu la veille de la Saint-Jean-Baptiste.

Butler (29-3-1, 25 K.-O.) tentera non seulement de mettre la main sur la ceinture des poids moyens de la North American Boxing Federation (NABF), mais aussi de défendre l’honneur de sa province natale contre le coriace boxeur néo-brunswickois Brandon Brewer (25-2-1, 11 K.-O.).

«Ça m’a servi de motivation pendant mon camp d’entraînement, a expliqué Butler lors d’un entraînement médiatique, lundi. La fête du Québec, contre un autre Canadien? On va représenter le Québec comme il le faut, je vous le promets.»

Celui qui est surnommé «Bang Bang» a ouvert un nouveau chapitre dans sa carrière lorsqu’il a eu raison de Hector Manuel Zepeda, en mars dernier. Il avait perdu ses deux combats précédents, ce qui avait compromis ses chances d’aspirer à son objectif ultime.

«Chaque combat pour moi est un combat de championnat du monde, parce que [cela fait partie du] chemin qui va m’amener là, a-t-il estimé. Une ceinture NABF me placerait dans le top 15 mondial, minimum. Je fais des sacrifices comme si on était en championnat du monde à chaque combat.»

Quant à lui, Brewer s’est dit heureux de se battre pour la première fois dans «la Mecque canadienne de la boxe». Débordant de confiance, il a rappelé que l’écrasante majorité des combats de son rival - victoires comme défaites - s’étaient réglés par K.-O.

«Soit Steve envoie ses adversaires au plancher, soit c’est lui qui s’y retrouve. Je ne crois pas que je serai un bon adversaire pour lui. Il est un peu unidimensionnel.»

Crédit photo : Crédit: Courtoisie Denis Germain, Eye of the Tiger

Une question de maturité

Sans surprise, l’entraîneur de Butler, Rénald Boisvert, ne partage pas cette impression. Il voit son protégé comme un athlète dans une classe à part du natif de Fredericton.

«[Brewer] n’est pas un super bon boxeur, mais c’est un travaillant. C’est quelqu’un qu’il ne faut jamais prendre à la légère, parce que [ce type de boxeurs] rebondissent et ont plusieurs vies dans un combat.»

De l’autre côté, Butler devra rester en contrôle de ses émotions et «comptabiliser son énergie pour qu’elle dure sur 10 rounds», a détaillé Boisvert.

«C’est une question de maturité. Je pense qu’il l’a, maintenant. C’est probablement le boxeur le plus émotif que je connaisse. C’est toujours un piège pour un cogneur, l’émotion.»

«Je m'accepte comme je suis, Rénald aussi, a conclu le principal intéressé. "Bang Bang" : la mentalité ne change pas. On sait que si on a l'opportunité d'arrêter le combat au premier round, on va la saisir.»

Le gala d'EOTTM sera présenté sur les ondes de TVA Sports, jeudi.