Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Alouettes de Montréal

Chip Cox: un constat unanime chez les joueurs actuels

Publié | Mis à jour

C’était unanime chez les joueurs des Alouettes de Montréal interrogés mardi: Chip Cox était un joueur électrisant et intimidant.

Le joueur de ligne offensive Kristian Matte a côtoyé celui qui sera prochainement intronisé au Temple de la renommée du football canadien de 2010 à 2018 chez les «Als». Disons que le vétéran de 36 ans préférait l’avoir dans son équipe que l’inverse, même si ce n’était pas de la tarte de l’affronter à l’entraînement.

«C’était un gars extrêmement talentueux et très athlétique. C’était dur de le trouver quand il fonçait vers la ligne, car il était tellement rapide. C’était dur s'entraîner contre lui. Chip était un super joueur d’équipe et un leader. Ce n’est pas pour rien qu’il sera intronisé au Temple de la renommée.»

Matte s’est également rappelé un souvenir bien précis concernant Cox.

«Je me souviens que dans mes premières années, l’attaque adverse était à la ligne des buts. Il a forcé un échappé, récupéré le ballon et inscrit un touché.»

Ce fait d’armes est survenu en juillet 2011, contre les Argonauts de Toronto. Cox a inscrit un majeur de 108 verges, ce qui représente toujours un record de la Ligue canadienne de football (LCF).

Un redoutable adversaire 

De son côté, le quart-arrière Trevor Harris n’a jamais eu la chance de jouer avec son compatriote de l’Ohio. Il a cependant été l’une de ses nombreuses victimes, puisqu'ils ont évolué en même temps dans le circuit canadien pendant sept saisons.

«Je me souviens d’un joueur qui terrorisait tout le monde, c’était une machine à faire des plaqués», a indiqué le partant des Alouettes.

«Il était capable de revenir de très loin pour défendre contre des passes, même quand j’étais persuadé que mes receveurs étaient complètement libres.»

À 26 ans, le secondeur Brian Harelimana n’a jamais eu la chance de jouer avec ou contre Cox. Le Montréalais se rappelle tout de même très bien de l’athlète qui électrisait la foule avec ses performances.

«Je me souviens d’un gars qui était partout sur le terrain et d’un des meilleurs joueurs défensifs de l’histoire des Alouettes. [...] Les gars qui ont joué avec lui en parlent encore, notamment Chris Ackie. Il a eu un impact sur leur carrière», a raconté le joueur de deuxième année.