Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI / JOURNAL DE MONTREAL

Patrice Bernier

Un délicat retour de pause internationale

Un délicat retour de pause internationale

Patrice Bernier

Publié 20 juin
Mis à jour 20 juin

Le CF Montréal est revenu de sa pause internationale plus rafraichi, mais un peu rouillé. La volonté y était mais les automatismes et surtout une attaque redoutable ont été refroidis par cette trêve internationale.  

On encaisse une défaite contre Austin, une des équipes du moment de l’Ouest. Un revers de 1-0 et la troisième en quatre parties, dont deux en trois rencontres à domicile dernièrement.   

Il s’agit d’une autre leçon à tirer après les deux points laissés sur la table contre Atlanta, où le club jouait à 11 contre 10, et, cette fois, on a cedé les trois points à Austin.  

L’équipe jouait tout de même avec un alignement remanié vu l’absence de quelques joueurs importants. Djordje Mihailovich s’est reblessé et ratera quelques semaines. Kamal Miller, en retour d’équipe nationale, semblait tirer de la patte. Romell Quioto et Alistair Johnston mis au repos sur le banc  

On a donc commencé le match avec certains joueurs que l’on a vu quelques fois cette saison dans le onze partant, comme Matko Miljevic (2), Samuel Piette (2), Mathieu Choinière (6), Zachary Brault-Guyard (1) et Gabriele Corbo (2). 

Miljevic en doublure de Mihailovic, sur le flanc offensif. Kei Kamara avec Joaquin Torres. Les repères et automatismes ne se sont pas huilés comme le trio Mihailovic, Quioto et Torres, responsables de 15 des 28 buts du CF Montréal cette saison. 

Lorsqu’on parle des habitudes claires de mouvement et de cohésion dans le jeu entre eux, on a vu que le CFM n’avait pas cette même fluidité avec ce le plan offensif. Même qu’on pouvait voir des signes de gesticulations de mains de Miljevic pour guider Kamara dans les courses voulues; venir ou partir en profondeur. 

Un rapport de force équitable se présentait entre Montréal et Austin, on sait neutraliser pour une bonne partie de la première mi-temps. On observait l’absence de la menace en profondeur que propose un Quioto ou le timing des courses dans la surface d’un Mihailovic, un manque de verticalité pour les Montréalais, le carton rouge à Daniel Pereira est venu changer la donne du match pour condenser cet espace disponible dans les premières 45 minutes. 

Une bataille psychologique   

Jouer à 11 contre 10, c’est souvent une bataille psychologique. L’équipe qui se retrouve en infériorité numérique se voit monter d’un cran pour pallier la perte, on fait preuve d’abnégation. 

Autant l’équipe qui a un joueur en moins se doit d’offrir un effort supérieur, l’autre peut ressentir un certain relâchement. 

L’adversaire bloque l’axe et se recroqueville sur lui-même pour survivre. L’équipe qui domine en nombre se retrouve à contourner la forteresse devant elle en s’installant dans le camp adverse. Un faux sentiment de confort peut s’installer et on peut se faire jouer des tours dans son dos.  

Preuve à l’appui, Austin accélère le jeu et ses occasions après la sueur froide de l’occasion loupée de Kamara. Il frappe le poteau à la 58e minute du pied droit de Fagundez pour ouvrir la marque à la 67e minute sur un bon centre de Jon Gallagher vers Urruti. La poussée offensive continue, il frappe à la porte à la 71e minute, lorsqu’une tête de Driussi a été repoussée par Sebastian Breza. 

Pendant ce temps, le CF n’a pas su exploiter régulièrement les failles devant lui. Les meilleures occasions se sont présentées en deuxième mi-temps. Kei Kamara aurait pu marquer, lorsque le ballon est venu sur le flanc droit avec Brault-Guillard, qui s’est défait de son adversaire avant de préparer un bon centre du sol. Mais ce n’était pas assez fort pour battre le portier adverse Brad Stuver à la 52e minute.  

Pour vous montrer à quel point on n'a pas brisé la muraille, la prochaine occasion est venue à la 85e minute, car on n’a pas su exploiter les côtés et prendre plus de vitesse pour déstabiliser l’adversaire. Jojea Kwizera a centré du coté gauche mais ni Hamdi ni Quioto ont été capables de s’ajuster pour faire bouger les cordes. 

Il faut concrétiser les actions quand il y a des moments forts, comme ceux du CF Montréal dans les 10 premières minutes de la deuxième mi-temps. Austin a réussi à profiter de ses chances pour l’emporter. 

Les hommes de Wilfried Nancy ont démontré beaucoup de caractère dans les derniers mois. Aura-t-on droit à une autre série sans défaite? La dernière fois que Montréal a perdu des plumes contre un adversaire réduit à dix, elle a répondu en force avec trois victoires de suite et huit parties sans défaite.  

Plusieurs matchs s’en viennent pour le Bleu-blanc-noir, comme le Championnat canadien cette semaine, rien de mieux qu’un affrontemement contre le Toronto FC pour changer les esprits rapidement.