Repêchage de la LNH

«L'équipe qui va me repêcher va devenir ma préférée»

Publié | Mis à jour

Le défenseur de 6 pieds 2 et de 189 livres Tristan Luneau était classé 10e chez les patineurs nord-américains par la Centrale de recrutement de la Ligue nationale de hockey (LNH) à la mi-saison. Aux termes du Championnat mondial des 18 ans et moins en mai dernier, la Centrale a publié sa liste finale. Contre toute attente, Luneau pointait désormais au 24e rang. 

«J’ai entendu parler de la dernière liste et 24e ce n’est pas si mal», répond modiquement Luneau, qui convient que ce qui compte ce n’est pas vraiment le rang auquel il sera repêché, mais les efforts qu’il mettra par la suite pour se rendre au prochain niveau. «C’est cliché, mais c’est la réalité», ajoute-t-il en entrevue à TVA Sports. À voir dans la vidéo ci-dessus.  

Le point positif avec cette petite glissade aux yeux des dépisteurs de la Ligue nationale, c’est que le CH détient un choix tardif en première ronde, le 26e, en plus d’être la première équipe qui parlera au deuxième tour avec le 33e choix, une situation que le défenseur droitier de 6 pieds 2 est loin d’ignorer.

Questionné s’il aimerait endosser le chandail bleu-blanc-rouge au Centre Bell le 7 juillet prochain, Luneau ne mâche pas ses mots. «Ce serait incroyable», répond-il instinctivement.

«C’est sûr qu’en tant que Québécois, les Canadiens ont une grande place dans mon cœur, mais peu importe l’équipe qui va me repêcher, je suis certain qu’ils ont tous leur histoire aussi», ajoute humblement l’homme de 18 ans à la maturité déconcertante. 

Un modèle chez l’ennemi  

Luneau est un étudiant de la game. Il est impressionné par la vague de jeunes défenseurs qui prennent les rennes de leur équipe respective. Les Makar, Heiskanen et Fox de ce monde sont tous épatants, mais un autre arrière tombe plus dans l’œil du jeune Victoriavillois. 

«Un des défenseurs que je regarde le plus et de qui j’essaie de m’inspirer est Charlie McAvoy. Selon moi, il n’obtient pas assez de crédit pour son rôle et son apport aux succès des Bruins.»

«Oui, il y a les points et l’offensive, mais il y a pleins d’autres rôles à combler dans une équipe, et McAvoy en remplit plusieurs. C’est le genre de défenseur que j’aimerais être et je pense que c’est ce genre de défenseur que chaque organisation prendrait dans son équipe pour gagner un championnat.» 

Comme de fait, Luneau a consacré beaucoup d’attention aux petits détails dans son jeu cette année, au détriment d’une récolte offensive à tout casser. Il a conclu sa deuxième saison dans le circuit Courteau avec 12 buts et 31 passes pour 43 points en 63 matchs.

À un peu plus de deux semaines du repêchage, la question se pose quant à quel Québécois entendra son nom en premier le 7 juillet. Toujours selon la liste finale de la Centrale de recrutement, trois Québécois font meilleure figure que Luneau. Nathan Gaucher et Maveric Lamoureux figurent aux 16e et 20e rangs de cette fameuse liste. David Goyette, originaire de Saint-Jérôme mais évoluant avec les Wolves de Sudbury dans la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL), est le mieux classé, au 13e échelon.