Crédit : Martin Chevalier / JdeM

F1

Grand Prix du Canada: un hommage de première classe à Guy Lafleur

Publié | Mis à jour

Guy Lafleur et son bon ami Gilles Villeneuve ont été réunis en pensées et sur le bitume de l’île Notre-Dame, dimanche, au Grand Prix de Formule 1 du Canada, lors d’un court hommage avant la course.

«Salut Guy 10». Cette mention toute simple, mais d’une grande signification, orne la piste du circuit Gilles-Villeneuve à sa ligne de départ. Le légendaire hockeyeur était lui-même un grand amateur de course automobile, en plus d’avoir été proche de l’ancien pilote de l’écurie Ferrari, qui a trouvé la mort en Belgique en 1982 en pratiquant son sport. 

Pour l’occasion, les organisateurs du Grand Prix, dont le président François Dumontier, ont eu l’idée d’inviter les fils des deux légendes, Jacques Villeneuve et Martin Lafleur, pour une photo souvenir inoubliable.

«C’est vraiment première classe. Je remercie M. Dumontier et son équipe. Je pense qu’ils ont vraiment fait ça de façon incroyable. De voir le petit clin d’œil sur la piste, ça me touche énormément», a raconté Martin Lafleur après un rapide passage sur le tracé montréalais, laissé chaud par les voitures du Challenge Ferrari.

Le fils du «Démon blond» a perdu son père le 22 avril dernier, des suites d’un long combat contre le cancer du poumon. Lafleur, le meilleur pointeur de l’histoire du Canadien de Montréal, avait 70 ans.

Réaction rapide 

Ancien joueur de hockey, Dumontier vouait une admiration sans bornes au vainqueur de cinq coupes Stanley. Il était tout naturel qu’il profite de sa plateforme pour livrer un salut digne de ce nom à Lafleur.

«Quand j’ai appris le décès de Guy Lafleur, qui était mon idole de jeunesse, j’étais ici à mon bureau. Le premier réflexe que j’ai eu – on avait déjà le “Salut Gilles” sur la grille – et je me suis dit que le meilleur moyen de rendre hommage à Guy, et je savais qu’ils étaient amis à l’époque, était de peindre un “Salut Guy” avec le numéro 10. On a fait ça le matin même du décès de Guy. Pour nous, c’était important, et c’était important de le garder pour la course», a-t-il expliqué.

«J’ai contacté Martin à moment donné parce qu’on avait l’idée de réunir les deux fils, deux légendes. Martin a accepté et Jacques a accepté aussi», a ajouté le président.

Passion course 

Pour le fils Villeneuve, il était normal d’assister à son Grand Prix local. Les 25 ans de son championnat de F1 de 1997 ont d’ailleurs été soulignés samedi. Il a souhaité beaucoup de bonheur au jeune Lafleur, visiblement touché par le geste de Jacques.

«C’est très impressionnant de se présenter ici et d’avoir l’opportunité de voir une course. C’est vraiment une belle expérience», a expliqué Martin Lafleur, qui se considère comme un «amateur amateur» de course.

Son père, cependant, était reconnu pour carburer aux sensations fortes. Il a eu l’occasion de monter dans la voiture de Gilles Villeneuve et de l’aider à compléter une saison de Formule Atlantique en finançant son écurie dans les années 1970. Bien entendu, Lafleur pilotait aussi des hélicoptères.

Bref, ils étaient faits pour s’entendre.

«C’était un amateur de vitesse, sur la glace, sur la route. Il était un passionné des voitures et il a aussi connu Gilles pendant qu’il coursait. C’est définitivement quelqu’un qui avait une passion pour la course automobile», a mentionné Martin Lafleur.