Crédit : Martin Chevalier / JdeM

F1

Aston Martin: fin de semaine difficile pour Vettel

Publié | Mis à jour

Sebastian Vettel n’a pas connu une bonne journée au bureau, dimanche. Il a terminé à la 12e place au classement.

À la fin de la course, il a été sous la loupe des commissaires de piste pour avoir ignoré la procédure en présence de la voiture de sécurité. Il n’a pas été sanctionné.

En résumé, l’Allemand a connu une fin de semaine en dents de scie.

«Ça n’a tout simplement pas marché pour nous. Ce n’était tout simplement pas notre jour, a indiqué le quadruple champion du monde. Les phases de voiture de sécurité virtuelle nous ont ruiné la course les deux fois.

«Presque tous les pilotes ont eu droit à un arrêt gratuit. La deuxième fois, ça a aidé à s’arrêter tous ceux qui n’avaient pas pu le faire la première fois. Et c’était fini pour nous, mais c’est comme ça que ça se passe parfois.»

«Nous aurions pu marquer plus de points aujourd’hui [dimanche], parce que je pense que nous étions assez rapides pour faire mieux. Je pense que nous aurions même pu attraper une Alpine, mais c’était une course très différente de ce dont nous avions besoin.»

Décevant pour Norris

De son côté, Lando Norris voudra oublier sa semaine à Montréal. Après des problèmes de moteur en qualifications, le Britannique a terminé 15e, soit l’avant-dernier rang.

«C’était très frustrant, on n’avait juste pas la voiture, pas la vitesse en ligne droite, a-t-il mentionné à sa sortie de la voiture. On luttait pour la 14e place face à des voitures contre lesquelles on ne devrait pas se battre.»

«En même temps, il faut en tirer le maximum. Le plus gros problème est qu’on ne pouvait pas dépasser, on était bloqué derrière des voitures plus lentes et on ne pouvait rien faire. C’était une journée difficile, il n’y a pas beaucoup de raisons de sourire et il y a du travail.

«J’étais un peu plus optimiste après vendredi, et le rythme de la voiture n’était pas mauvais, on ne pouvait juste pas dépasser, et donc on ne pouvait pas montrer notre rythme. On a fait quelques erreurs et rien n’est allé dans notre sens.»