Crédit : AFP

F1

Grand Prix du Canada: Verstappen fait la pluie et le beau... temps

Publié | Mis à jour

Max Verstappen s’élancera de la position de tête à l’occasion du Grand Prix du Canada, qui sera disputé dimanche après-midi.

Au volant de sa Red Bull, le pilote néerlandais a parcouru le circuit Gilles-Villeneuve en 1 min, 21,299 s pour devancer, non sans surprise, l’Espagnol Fernando Alonso (Alpine), qui n’avait pas occupé la première ligne d’une grille de départ de F1 depuis dix ans. 

 Le Québécois Lance Stroll, lui, n’a réalisé que le 18e chrono le plus rapide et a été éliminé dès la première ronde des qualifications.

Il gagnera néanmoins une position sur la grille de départ en raison de la pénalité (changement de composantes du moteur) imposée à Charles Leclerc.

Sebastian Vettel, coéquipier de Stroll chez Aston Martin, n’a guère fait mieux en inscrivant le 17e meilleur temps, alors que l’autre Canadien, Nicholas Latifi, s’est classé 19e.

Tous deux vont aussi bénéficier des ennuis de Leclerc pour grimper d’un rang.

Le terrain de jeu de papa 

Carlos Sainz Jr (Ferrari) et Lewis Hamilton (Mercedes) partageront la deuxième rangée quand les feux rouges vont s’éteindre.

Amorcée sous la pluie, cette séance de qualifications a aussi fait le bonheur des deux pilotes de l’écurie américaine Haas, Kevin Magnussen et Mick Schumacher, qui ont récolté les cinquième et sixième places respectivement.

À sa première présence à Montréal, Schumacher réalise la meilleure performance de sa jeune carrière en qualifications, sur un tracé où son illustre père, Michael, est monté sur la plus haute marche du podium à sept reprises.

Pérez gaffe 

Verstappen a fait la bonne opération en signant sa deuxième position de tête de la saison et sa toute première au circuit Gilles-Villeneuve.

Ses deux principaux rivaux pour la course au titre, son coéquipier Sergio Pérez (13e) et Leclerc, devront travailler fort pour assurer la riposte.

Le Mexicain a commis une erreur coûteuse dans la deuxième ronde des qualifications, quand il a perdu le contrôle de sa Red Bull et percuté une barrière de protection.

On l’a bien vu tenter d’enclencher la marche arrière pour quitter sa position fâcheuse, mais en vain. Les commissaires n’ont eu d’autre choix que de déployer un drapeau rouge pour dégager son bolide.

Pérez tentait d’améliorer son sort en étant l’un des premiers à doter sa monoplace de pneus intermédiaires, mais cette stratégie n’a pas été fructueuse.

«J’adore ce circuit» 

«Je ne m’attends pas à une course facile, a dit Verstappen en conférence de presse. Je dois remercier mon équipe qui a pris les bonnes décisions à la fin de la troisième ronde des qualifications.»

La trajectoire de course s’est asséchée à cinq minutes de la fin des débats, ce qui a incité les dix pilotes qualifiés en Q3 à chausser leur monoplace de pneus lisses.

«J’adore ce circuit, a renchéri le Néerlandais, et ses fans passionnés. On a cette sensation de rouler en karting sur les vibreurs. C’est très amusant.»

Quant à Alonso, le doyen des pilotes du plateau, il a confirmé sa grande forme, lui qui avait dominé la dernière séance d’essais libres quelques heures plus tôt, sur une piste complètement détrempée.

«Mon objectif, a dit l’Espagnol de 40 ans, est de mener la course. J’ai l’intention d’attaquer Max dès le premier virage... Ce serait agréable de dominer ce Grand Prix.»

________________________________________

Pour la première fois, après plusieurs refus de sa part, Jacques Villeneuve a finalement accepté le rôle d’intervieweur des trois premiers pilotes à leur sortie de voiture à l’issue de la séance de qualifications. La même tâche devrait lui être confiée à l’issue du Grand Prix.

________________________________________

Selon les plus récentes prévisions météorologiques, les spectateurs auront droit à du beau temps dimanche après avoir vécu une journée exécrable au circuit Gilles-Villeneuve.