Crédit : AFP

Sports divers

Direction la finale pour Mary-Sophie Harvey

Publié | Mis à jour

Mary-Sophie Harvey visait une demi-finale et, dans ses rêves les plus fous, une finale en ouverture des Championnats du monde de la FINA, à Budapest. Dans une course très relevée en demi-finale du 200 m quatre nages, Harvey a réussi à tirer son épingle du jeu en terminant au deuxième rang de sa vague pour s’assurer une place en grande finale.

La nageuse de Trois-Rivières était aux avant-postes de la course pendant les 50 premiers mètres avant de perdre cette avance au profit de l’Américaine Leah Hayes. La lutte s’est poursuivie jusqu’à la toute fin de la course, où Hayes s’est finalement imposée.

«Je savais que la course allait être très difficile et je voulais absolument me retrouver en finale. Je ne voulais pas penser au chrono pour pouvoir me concentrer sur mes mouvements et ç’a fonctionné. C’est l’heure du repos maintenant et je serai prête pour la finale», a mentionné Harvey après sa journée de travail.

La finale du 200 m quatre nages sera disputée dimanche.

En lever de rideau des mondiaux, Mary-Sophie Harvey sautait dans la piscine au sein de la quatrième vague de la journée. La Québécoise s’est classée au deuxième rang de son groupe, accusant un retard de 0,69 seconde sur la gagnante de sa vague Alex Walsh. L’Américaine a d’ailleurs terminé au premier rang des qualifications. Harvey a quant à elle pris la quatrième place.

«J’ai été agréablement surprise par mon temps ce matin. J’ai encore de la difficulté à bien comprendre ce qui s’est passé en qualification. Je n’ai pas vu la course passer, mais heureusement, ç’a été positif.»

Une journée chargée pour Katerine Savard

Un peu plus tard, l’équipe canadienne a récolté une médaille d’argent au relais 4x100 m libre. Bien qu’elle ait cédé sa place en grande finale, la Québécoise Katerine Savard a eu son mot à dire lors des qualifications.

La nageuse de 29 ans a été la dernière relayeuse de la formation canadienne en début de journée. Elle en a profité pour établir un record personnel de 54,05 s et assurer à son pays une place en finale, terminant au premier rang de sa vague. Rebecca Smith et Savard ont ensuite été remplacées par Margaret MacNeil et Penny Oleksiak pour la finale. Kayla Sanchez et Taylor Ruck étaient les deux autres nageuses canadiennes.

«Je suis contente d’avoir pu aider l’équipe à se qualifier pour la finale. J’ai eu beaucoup de plaisir et en plus, mon temps était tout simplement exceptionnel. Go Canada!» a déclaré Savard.

La Québécoise était également en action au 100 m papillon où son chemin s’est arrêté lors des demi-finales. Elle a franchi la distance en 57,98 s et s’est classée au sixième rang de sa vague. Cette course a été âprement disputée alors que seulement 7 centièmes de seconde ont séparé la troisième de la sixième place.

«J’ai réalisé de bons temps de manière générale. Je suis un peu déçue d’avoir raté la finale par 0,07 seconde. De manière générale, je suis heureuse avec mes performances. Je ne pourrai jamais me plaindre d’un temps avoisinant les 57 secondes», a commenté Savard.

L’Américaine Torri Huske a été la plus rapide lors des demi-finales, complétant la distance en 56,29 s.

Savard a accédé aux demi-finales après s’être classée au 10e rang des qualifications, arrêtant le chronomètre à 58,22 s.

Également en action samedi, James Dergousoff a vu son parcours prendre fin en qualification au 100 m brasse à la suite d’une disqualification.