Crédit : AFP

F1

Verstappen domine les essais libres au circuit Gilles-Villeneuve

Publié | Mis à jour

Pour la première fois depuis 2019, les monoplaces de Formule 1 ont repris leur droit au Circuit Gilles-Villeneuve vendredi après-midi en prévision du Grand Prix du Canada.

À tout seigneur tout honneur, le Japonais Yuki Tsunoda a été le premier à prendre d’assaut le tracé de l’Île-Notre-Dame sous les acclamations d’un public massé dans des tribunes bondées.

Si le pilote de l’écurie AlphaTauri a pu profiter d’un rare moment de gloire à sa sortie des puits de ravitaillement, les principaux ténors l’ont ramené à l’ordre assez rapidement.

Plus rapide quelques heures plus tôt à bord de sa Red Bull, Max Verstappen s’est maintenu en tête du peloton jusqu’à la conclusion de la deuxième séance d’essais privés.

Le Néerlandais, meneur au classement des pilotes après les huit premières étapes de la saison 2022, a parcouru le circuit en 1 minute, 14,127 secondes pour devancer Charles Leclerc par 81 millièmes de seconde.

Leclerc rétrogradé

Si le Monégasque parvient à inscrire samedi le meilleur temps en qualifications pour un cinquième Grand Prix consécutif, il ne pourra que s’élancer au mieux de la 11e place quand les feux rouges s’éteindront, dimanche.

Pour faire suite à sa panne de moteur subie la semaine dernière en Azerbaïdjan, les mécaniciens n’ont eu d’autre choix que de remplacer bon nombre de composantes de l’unité de puissance de sa monoplace. Selon le règlement, il sera pénalisé de dix places sur la grille de départ.

Le coéquipier de Leclerc chez Ferrari, Carlos Sainz Jr, toujours en quête de sa première victoire en F1, s’est pointé au troisième rang.

Quatrième au tableau, Sebastian Vettel a créé une certaine surprise quand il a mené son Aston Martin à la quatrième place. Son partenaire, le Québécois Lance Stroll, n’a pu faire mieux que la 12e position.

Fernando Alonso (Alpine), Pierre Gasly (AlphaTauri), George Russell (Mercedes), Lando Norris (McLaren), Daniel Ricciardo (McLaren) et Esteban Ocon (Alpine) ont suivi dans l’ordre.

Moins d’une seconde sépare les dix premiers pilotes au tableau.

Déception pour Sergio Pérez, seulement 11e au volant de la deuxième Red Bull. Il a toutefois nuancé les résultats de cette première journée, car les stratégies (carburant à bord et réglages) varient d’un pilote à l’autre.

«Cette voiture est inconduisible»

Les chances de voir Lewis Hamilton remporter une huitième victoire à Montréal, exploit qu’aucun autre pilote n’a réussi dans l’histoire, sont peu probables.

Le septuple champion du monde n’a réalisé que le 13e chrono le plus rapide lors de la seconde séance d’essais et n’a pas caché sa frustration sur les ondes radio.

«Cette voiture est inconduisible», s’est-il exclamé à son ingénieur.

La semaine dernière, à Bakou, le Britannique avait rallié l’arrivée à la quatrième place non sans avoir souffert derrière le volant de sa Mercedes. On l’a vu prendre plusieurs secondes avant de s’extirper de sa monoplace, se plaignant de vives douleurs au dos.

Si les deux séances d’essais libres se sont déroulées sous le sec, une pluie forte s’est abattue quelques minutes à peine après le parcours des F1 en fin d’après-midi.

De toute évidence, le mauvais temps persistera dans la région pour une bonne partie de la journée samedi. Une température beaucoup plus fraîche est également prévue.

«Demain [samedi], ça pourrait être intéressant avec la pluie, a déclaré Stroll. C’est toujours différent dans de telles conditions. Mais, ça ne veut pas dire que ce sera facile. »

Le nom de Nicholas Latifi, l’autre Canadien, figure à nouveau en queue de peloton au 19e rang. S’il n’est pas dernier, c’est que Valtteri Bottas (Alfa Romeo) n’a pas été en mesure de boucler un tour lancé, à la suite d’ennuis mécaniques.