Crédit : TOMA ICZKOVITS

F1

«Les femmes méritent d’être en piste»

Publié | Mis à jour

Au terme d’une longue et généreuse entrevue au chic Hôtel Nelligan, dans le Vieux-Montréal, l’Ontarienne Demi Chalkias sert poliment une mise en garde au photographe : «nous sommes des pilotes, pas des mannequins».

Le message est clair chez les membres de l’équipe féminine Mercedes-AMG : «les femmes méritent d’être en piste autant que les hommes, les voitures ne différencient pas les genres, dit Chalkias. Nous sommes à une époque où il est le temps de le démontrer». 

«Une fois qu’on a un casque sur la tête, nous sommes tous et toutes des pilotes, il n’y a pas de différence», complète sa jeune coéquipière Nicole Havrda, originaire de la Colombie-Britannique et pour sa part âgée de seulement 16 ans.

Profiter du weekend 

Se servant du weekend du Grand Prix de Formule 1 à Montréal pour se faire entendre, Chakias et Havrda ont déjà prouvé leur point en compagnie d’une autre Canadienne, soit Cherie Storms, lorsqu’elles ont participé ensemble à une course d’endurance en Californie, en octobre dernier.

Ambassadrices pour la plateforme She’s Mercedes, une initiative de Mercedes-Benz visant à inspirer et encourager les femmes, elles profitent maintenant pleinement de cette fin de semaine à Montréal.

«C’est la première fois que je suis impliquée à ce point-là dans le cadre d’un événement de Formule 1 et c’est phénoménal», avoue Chalkias, 27 ans.

Havrda affirme pour sa part qu’elle est parfois peu démonstrative, mais qu’elle n’en est pas moins surexcitée à l’idée de partager certains moments précieux, au cours du weekend, avec notamment le septuple champion du monde de Formule 1, Lewis Hamilton, membre de l’écurie Mercedes.

Une inspiration 

Résidente de Bowmanville, tout près du circuit automobile Mosport, Chalkias dit également vouloir profiter du week-end à 100 %. C’est dans sa nature de vivre à fond.

Si elle a éprouvé quelques ennuis de santé dans la dernière année, l’Ontarienne garde surtout en pensée des membres de la famille décédés durant la pandémie de COVID-19. Pour elle, savourer la vie, c’est aussi une façon de rendre hommage à sa tante Koula qui, il y a une dizaine d’années, est morte après un accident de voiture causé par un automobiliste un peu trop téméraire.

«Personnellement, j’essaie de vivre ma vie en considérant ce qu’on pourra se souvenir de moi, résume-t-elle. Dans la présente campagne avec Mercedes-AMG, si je peux inspirer des jeunes filles, j’aurai joué mon rôle.»

À ses côtés, Nicole Havrda, qui rêve d'une grande carrière en course automobile, s’est tournée vers elle en souriant.