Crédit : AFP

F1

Latifi ne pense pas à un plan B

Publié | Mis à jour

Malgré les nombreuses rumeurs sur son avenir en F1, Nicholas Latifi demeure souriant et zen. Par contre, le pilote de l’écurie Williams est conscient qu’il devra commencer à signer de bonnes performances à bord de sa monoplace.

L’Ontarien en arrache depuis le début de la saison. Et le mot est faible. Il n’a aucun point au classement en plus de terminer en queue de peloton sur une base régulière. Sans compter qu’il a été victime de plusieurs accidents.

Il n’en fallait pas plus pour que la machine à rumeurs s’emballe. Le nom de l’Australien Oscar Piastri a commencé à circuler comme éventuel remplaçant de Latifi chez Williams.

«Les rumeurs ont toujours fait partie de la F1, a mentionné Latifi au Journal de Montréal. C’était pareil avant que j’arrive en F1 et je suivais ce qui se disait.

«Je me concentre sur ce que je peux contrôler et sur le fait d’améliorer mes performances. Si tu obtiens un mauvais résultat, les critiques seront rendez-vous. C’est vrai en F1, mais aussi dans les autres sports.»

Latifi refuse de baisser les bras.

«On est encore très tôt dans la saison, a ajouté le pilote de 26 ans. Il y a encore beaucoup de courses devant nous. Je n’ai pas pensé à un plan B. Je n’ai pas encore songé à courir dans une autre série.»

Des accidents

Latifi a toutes les misères du monde à rallier le fil d’arrivée. Il a été victime de plusieurs accidents. Dans une ère où les budgets sont limités, ça fait encore plus mal.

Toutefois, un fait demeure. Sa Williams n’est pas en mesure de rivaliser avec les autres écuries. Un problème qui date de plusieurs années maintenant.

«Ça fait trois ans que je suis chez Williams et ça fait autant de temps que nous ne sommes pas heureux des performances de la voiture, a mentionné Latifi. On voudrait que ce soit mieux.

«Quand j’ai accédé à la F1, je savais que je devrais adapter mes attentes. Mes résultats ne sont pas satisfaisants. On fait le maximum avec la voiture que nous avons entre les mains.»

Comme un boxeur

À l’origine, le point de Latifi devait porter sur son alimentation. Son régime est similaire à celui d’un boxeur. Les excès ne sont pas nombreux.

Le poids minimal d’une monoplace et de son pilote est 1760 lb (798 kg). Selon Latifi, il fait osciller la balance autour de 175 lb durant la saison. Toutefois, ce n’est pas trop exigeant pour le principal intéressé.

«J’ai toujours été une personne active avant même de commencer la course automobile. Une nutritionniste m’aide à savoir ce que je peux et ce que je dois manger. Ça représente un certain défi parce que j’ai la dent sucrée.

«Avec mon équipement, j’affiche un poids de 177,5 lb. C’est acceptable considérant que je suis un grand pilote.»

Au cours d’une semaine de course, Latifi mange souvent les mêmes choses: pâtes, riz, poulet et saumon.

«Je ne m’aventure pas vers des choses que je ne pourrais pas bien digérer. J’aime bien aussi manger du yogourt, des œufs ou des omelettes.»

Par contre, il se gâte après les courses.

«Le lundi suivant une épreuve, j’adore manger des crêpes, a précisé l’Ontarien. Quand je viens à Montréal, je tente toujours de trouver les fameuses queues de castor avec de la cannelle et du sucre. Je compte bien de passer une commande et d’en faire livrer à mon équipe.»