Séries de la LNH

«La bonne équipe a gagné» - Jon Cooper

Publié | Mis à jour

Jon Cooper a pris la bonne température de cette première rencontre de la finale entre le Lightning et l’Avalanche. 

«La bonne équipe a gagné ce match, a reconnu Cooper. Nous avons du meilleur hockey en nous. Je dirais que nous n’avons pas joué notre hockey par près d’un kilomètre contre l’Avalanche. Mais malgré cela, nous étions à un tir de l’emporter.»

L’Avalanche a triomphé 4 à 3 en prolongation après un but d’Andre Burakovsky dans cette première bataille contre le Lightning.

Au chapitre des tirs au but, il y avait toutefois un écart plus grand. Les locaux ont dominé 38 à 23.

Andreï Vasilevskiy a connu un lent départ en accordant trois buts sur 15 tirs en première période. Vasilevskiy n’a pas bien paru sur le but de Valeri Nichushkin et il a mal contrôlé le tir de Mikko Rantanen sur le premier but de la rencontre, celui de Gabriel Landeskog.

Crédit photo : AFP

En bon capitaine, Steven Stamkos a rejeté la théorie d’un mauvais départ pour son gardien étoile.

«Vasilevskiy n’a pas connu un mauvais départ, a-t-il répliqué. Ils ont eu des tonnes de chances, on a pris des pénalités et il s’est tenu debout, il nous a donné une chance de gagner.» 

Rien de nouveau 

Le Lightning se retrouvera en terrain connu avec un retard d’un à zéro dans cette finale. Au premier tour des séries, la bande à Steven Stamkos avait subi un revers de 5 à 0 contre les Maple Leafs dans la première rencontre. En finale de l’Est, le Lightning avait échappé les deux premiers matchs au Madison Square Garden contre les Rangers avec des défaites de 6 à 2 et 3 à 2.

«Chaque fois que tu perds un premier match, tu ne te sens pas bien, a mentionné Cooper. Nous nous sommes creusé un trou en début de rencontre. J’ai toutefois aimé certains passages. Nous avons du ménage à faire.»

«On a beaucoup de confiance dans le vestiaire, a renchéri l’ailier Patrick Maroon. J’ai pris une pénalité merdique (en fin de troisième période). Je suis un vétéran, je ne peux pas faire un jeu comme ça. Mais notre infériorité numérique a écoulé la pénalité. On est revenus. On était à quelques pouces de gagner avec une déviation de Stamkos.»