Séries de la LNH

«Je n’ai eu qu’à tirer au but» – Andre Burakovsky

Publié | Mis à jour

On ne vient pas à bout des doubles champions de la coupe Stanley comme on se débarrasse d’une équipe de fond de classement. L’Avalanche en a eu la preuve en voyant son avance deux buts fondre au cours du deuxième vingt.

Par chance, la troupe de Jared Bednar est parvenue à se ressaisir à temps pour enlever le premier match de cette confrontation en prolongation.

«Je n’étais pas inquiet de nous voir perdre l’avance. On est passé à travers de pires épreuves cette saison. J’avais confiance en notre groupe, a indiqué Gabriel Landeskog, après la rencontre. Il ne faut pas oublier qu’on joue contre le Lightning. C’est une équipe talentueuse qui ne se laisse pas battre facilement.»

C’est Andrei Burakovsky, avec son deuxième but des séries éliminatoires, qui a mis fin au débat dès la 83e seconde de jeu de la période supplémentaire.

Crédit photo : AFP

«J’ai vu J.T. Compher s’emparer de la rondelle en zotre neutre. Je me suis dépêché pour sortir du territoire. Puis, on y est retourné. Il a fait tout un jeu. Je n’ai eu qu’à tirer au but», a décrit le héros de la rencontre.

Encore beaucoup de travail

Par ailleurs, Bednar s’était montré bien mystérieux à propos de l’identité de son gardien partant. Néanmoins, on se doutait bien qu’il ferait appel à Darcy Kuemper. Celui-ci a réussi son retour en repoussant 20 des 23 tirs qu’il a affrontés.

«Le Lightning a marqué deux buts rapides au cours de la deuxième période, mais ma mentalité n’a jamais changé. Tout ce que j’était concentré à faire, c’était d’arrêter le prochain tir.»

Les deux formations croiseront le fer de nouveau seulement samedi. Dans le camp de l’Avalanche, on s’attend évidemment à une réplique du Lightning.

«Ce n’est que le premier match, que la première victoire, il reste encore beaucoup de chemin à faire, a fait valoir Artturi Lehkonen, auteur du troisième but des siens. Le Lightning, c’est un groupe résistant. Il sera important de continuer de travailler et d’être fidèle à notre style de jeu.»

POINT DE PRESSE DE JARED BEDNAR -