Crédit : PHOTO COURTOISIE / MIKEY WILLIAMS / TOP RANK

Boxe

Artur Beterbiev imperturbable malgré l'ampleur du défi

Publié | Mis à jour

Un combat d’unification des ceintures, en terrain hostile, dans le mythique Madison Square Garden (MSG), n'est qu'un duel comme les autres pour Artur Beterbiev, selon son entraîneur, Marc Ramsay.

Selon le Québécois, son protégé a toutes les chances d’exceller contre Joe Smith fils à New York, puisqu’il considère chaque combat de la même façon. Cela ne fait pas un pli au Montréalais d’adoption de se battre dans un amphithéâtre qui a été témoin des exploits de Muhammad Ali, Joe Frazier ou Mike Tyson, pour ne nommer que ceux-là. 

«Artur ne connait pas l’histoire du MSG, a insisté Ramsay en entrevue avec l’Agence QMI. Ce n’est pas un gars qui s’informe sur l’histoire de la boxe. Il s’informe sur le boxeur en avant de lui. Pour lui, c’est comme un autre aréna. Ce n’est pas un gars qui va se mettre de la pression, parce qu’on est dans un endroit particulier.»

Un adversaire coriace 

Si les paramètres du combat n’ont pas de quoi inquiéter le boxeur de 37 ans, cela ne signifie pas qu’il a l’intention de négliger son adversaire pour autant. Pour mettre la main sur la ceinture des mi-lourds de la World Boxing Organization (WBO), Beterbiev devra être «très alerte d’un point de vue technique et défensif».

«Il connaît bien Joe Smith, a enchainé Ramsay. C’est un gars qui est très fort physiquement. Il a une bonne force de frappe. Il faudra imposer les qualités d’Artur.»

Smith s’est battu 31 fois dans sa carrière professionnelle et n’a baissé pavillon qu’à trois reprises. La dernière fois, c’était face à Dmitry Bivol à Verona, dans l’État de New York, tout près de sa municipalité natale de Shirley. La pression supplémentaire et l’attention médiatique pourraient-elles faire pencher la balance en faveur de Beterbiev?

«Ça dépend toujours comment le boxeur transforme cette énergie-là. Il y a beaucoup de médias autour de lui. Il va être chez lui, la foule va être de son bord. Il y a des gars que ça étouffe.»

Un combat à la fois 

Même s’il n’a pas osé se mouiller avec une prédiction pour le combat de samedi, Marc Ramsay assure que «tout est sous contrôle» et qu’il a bon espoir de voir son poulain l’emporter. 

Toutefois, pas question de déjà rêver à un éventuel choc de titans entre Beterbiev et Bivol, tombeur de Canelo Alvarez, pour le moment.

«Pour comprendre quel genre d’individu est Artur, il n’a même pas encore regardé le combat entre Canelo et Bivol. On s’assure de franchir la ligne d’arrivée avant de penser à autre chose pendant le dernier tour de piste.»