Crédit : AFP

F1

La nouvelle garde impose sa loi

Publié | Mis à jour

Après des années de domination de la part de Mercedes, on assiste à l’éclosion de Max Verstappen et de Charles Leclerc au cours des huit premières épreuves du calendrier. C’est la passation des pouvoirs entre deux générations.

Verstappen et Leclerc sont bien engagés dans une chaude lutte pour le championnat. Chaque point amassé en piste pourrait être déterminant.

• À lire aussi: GP du Canada: Lewis Hamilton assure qu’il viendra à Montréal

• À lire aussi: La F1 de retour à Montréal: l'engouement est palpable

Le Néerlandais est en feu alors qu’il a remporté quatre des cinq dernières courses. À ce rythme, il pourrait remporter un deuxième championnat consécutif. Cette fois, il pourrait le faire de façon convaincante.

Du même coup, il pourrait fermer le clapet à ses détracteurs. On se souvient que Verstappen a mis la main sur son premier sacre sur un fond de controverse l’an dernier. Cette année, le suspense pourrait prendre fin assez rapidement.

Pour ce qui est de Leclerc, son potentiel n’a jamais été mis en doute. D’ailleurs, il a signé un contrat de cinq ans avec Ferrari en 2019. Ça démontre à quel point la Scuderia croit en lui.

Cette saison, grâce à une monoplace plus performante, Leclerc prouve qu’il peut être un candidat sérieux aux grands honneurs. Depuis quelques semaines, il excelle lors des qualifications, mais sa voiture connaît des ennuis de fiabilité en course. Malgré tout, il pourrait jouer du coude avec Verstappen jusqu’à la fin.

D’autres pilotes dans le portrait

Parlant de la nouvelle génération des pilotes, il ne faut pas oublier George Russell et Lando Norris, deux jeunes loups qui ont connu de beaux moments la saison dernière.

Malgré des ennuis de Mercedes depuis le début de la saison, Russell a été capable de tirer son épingle du jeu. Il a terminé dans le top 5 de chaque épreuve et il est monté sur le podium à trois reprises.

S’il souhaite défier Verstappen, il devra avoir de l’aide de son écurie pour améliorer sa voiture. Si on lui en donne la chance, Russell est en mesure d’accomplir de belles choses en piste.

Dans le cas de Norris, les attentes étaient très élevées à l’ouverture de la saison. Le pilote de McLaren a également beaucoup de potentiel, mais les résultats ne sont pas à la hauteur pour le moment.

Il n’a qu’un podium et deux tops 5 à son actif. Norris doit souhaiter un meilleur rendement pour la suite du calendrier.

La chute de Mercedes

Depuis le début de la campagne, ce n’est pas facile pour l’écurie Mercedes et pour... Lewis Hamilton. Dans un cas comme dans l’autre, ils ne rencontrent pas leurs standards habituels.

Tout d’un coup, même si la saison est encore jeune, le septuple champion du monde pourrait rater à nouveau son rendez-vous avec l’histoire de la F1.

Lors des huit premières épreuves, il n’est monté sur le podium qu’une seule fois. C’était à Bahreïn avec une troisième place. Par la suite, il n’a rien cassé.

En plus de devoir se battre avec de jeunes loups en piste, sa monoplace n’est pas aussi performante que dans le passé. Sans compter qu’il est aux prises avec une blessure au dos depuis une semaine.

Par contre, il a confirmé sa présence à Montréal, l’une de ses pistes favorites au calendrier. Il doit espérer que le circuit Gilles-Villeneuve lui porte encore chance.