Crédit : AFP

LNH

Un marqueur de 40 buts dans le New Jersey?

Publié | Mis à jour

En pleine transition, les Blackhawks de Chicago sont dans une position peu enviable à moins d’un mois du repêchage amateur de la LNH.

Non seulement le club de l’Illinois a-t-il conclu la saison dans les bas-fonds du classement de l’Association de l’Ouest, l’équipe n’a pas de choix de premier tour à l’encan de 2022, sélection marchandée dans l’échange qui a fait passer le défenseur Seth Jones des Blue Jackets de Columbus à la ville des vents.  

Jones a depuis paraphé une entente de huit ans d’une valeur annuelle moyenne de 9,5 millions$ avec une clause de non-mouvement complète qui s’ajoute à d’autres pactes lucratifs qui obstruent la masse salariale des Hawks.

Si la direction a informé les autres équipes qu’elle est prête à écouter des offres sur plusieurs de ses joueurs, elle pourrait bien trouver un partenaire de danse dans l’Association de l’Est. Plus précisément, dans le New Jersey.

Les Devils détiennent la deuxième sélection au total et comme ses homologues à Chicago, le DG Tom Fitzgerald est prêt à tirer sur la gâchette. Est-ce qu’il est prêt à offrir sa deuxième sélection pour mettre le grappin sur un marqueur de 40 buts?

Au cours de la dernière semaine, le journaliste du média Daily Faceoff Frank Seravalli avançait qu’Alex DeBrincat pourrait être échangé d’ici la prochaine date limite des transactions, voire au repêchage. Au grand dam des partisans des Blackhawks, certes, ledit échange permettrait aux Hawks de repêcher un jeune au talent certain, capable de les aider pour plusieurs années à venir.

Alex DeBrincat donne la victoire aux Blackhawks en prolongation -

Les Devils, eux, ajouteraient un jeune franc-tireur qui vient de réaliser sa meilleure campagne à vie dans la LNH avec 41 buts et 78 points. L’Américain de 24 ans sera joueur autonome avec compensation dans un an.

Si les problèmes des Blackhawks font le bonheur des Diables, une transaction constituera le parfait dénouement pour les deux organisations.

«Tout dépendra de leur définition d'un joueur d'impact et de ce que ce joueur peut apporter à ce groupe" Postmedia. «Il y aura de bons joueurs disponibles en raison des contraintes de plafond, mais il n'y aura peut-être pas de joueurs d'impact.»

L’autre atout de Fitzgerald est sa masse salariale : il se dote d’un luxueux coussin de près de 25 millions$ sous le plafond en marge du repêchage, ce qui est attrayant pour les autres clubs souhaitant se départir d’imposants contrats.

«Il y aura de bons joueurs disponibles en raison des contraintes de plafond, mais il n'y aura peut-être pas de joueurs d'impact», a déclaré un dirigeant au Ottawa Sun, la semaine dernière.

renaud -

Échanger DeBrincat : la solution?  

Pour revenir à DeBrincat, dont le salaire comptabilise la somme de 6,4M$ sous le plafond, un échange pourrait envoyer le mauvais message aux partisans.

Le club a échangé Brandon Hagel au Lightning de Tampa Bay à la dernière date butoir des transactions et DeBrincat a grandi dans l’organisation après avoir été repêché au deuxième tour en 2016.

Si certains vétérans comme Jonathan Toews sont lassés de voir le club se débarrasser de talentueux joueurs, il reste que le club ne peut se permettre de ne pas recruter des espoirs.

Jeudi dernier, le journaliste affecté à la couverture des matchs des Blackhawks pour NBC Sports Charlie Roumeliotis présentait quatre arguments en faveur du départ de DeBrincat si le retour était important.

«DeBrincat est le seul joueur de la formation pouvant rapporter un énorme butin et aider à reconstruire un "pipeline" qui est assez mince au-delà du meilleur espoir Lukas Reichel, a-t-il d’abord énoncé.

«Le stockage des actifs futurs devrait être la priorité, car cela relance le processus plus qu'il ne le retarde.

«Au moment où les Blackhawks seront prêts à être à nouveau prétendants légitimes en séries de la Coupe Stanley, DeBrincat pourrait être dans la trentaine, ce qui est difficile à imaginer, mais une possibilité réelle. 

«Si les Blackhawks seront mauvais la saison prochaine, pourquoi ne pas être vraiment mauvais ? Le repêchage de 2023 est chargé, avec en tête d'affiche Connor Bedard, Adam Fantilli et Matvei Michkov. Ce sont des joueurs qui changent une concession.

DeBrincat pourrait être en droit de réclamer 9 M$ par an pour son prochain contrat et une équipe comme les Devils pourraient lui offrir sans complexe.