Crédit : AFP

LNH

Toucher le trophée : on ne change pas une formule gagnante

Publié | Mis à jour

Le capitaine Steven Stamkos et ses coéquipiers du Lightning de Tampa Bay n’ont pas hésité à saisir et touché le trophée Prince de Galles samedi soir, après avoir éliminé les Rangers de New York en finale de l’Association de l’Est.

Les «Bolts» avaient fait de même en 2020 et en 2021, avant de mettre la main sur la coupe Stanley. 

«Écoutez-moi, nous méritons ce trophée et il nous a fallu faire beaucoup de sacrifices pour le gagner. C’est important de célébrer ça, a indiqué Stamkos après l’affrontement. C’est si rare de le faire et je suis privilégié d’avoir vécu cette expérience trois ans de suite. Nous allons profiter, être fiés de nous et nous reprendrons le boulot demain.»

«C'est quelque chose dont nous pouvons être fiers et nous devons partager ce moment avec tous ceux qui nous ont aidés à y arriver. C'est en quelque sorte notre devise des dernières années.»

En 2015, quand le Lightning a atteint la finale de la coupe Stanley, Stamkos avait refusé de toucher trophée Prince de Galles. La formation de Tampa Bay avait ensuite été vaincue par les Blackhawks de Chicago.

Une superstition qui disparaît 

Ne pas toucher le trophée remis aux champions de l’Association de l’Est ou celui de l’Ouest – le trophée Clarence-S.-Campbell – est une superstition qui perdure depuis de nombreuses années dans la LNH, mais qui semble être sur le point de disparaître.

Lors des six dernières conquêtes de la coupe Stanley, cinq équipes de l’Est ont remporté les grands honneurs. Les capitaines de celles-ci, soit Sidney Crosby (2016-2017), Alex Ovechkin (2018) et Stamkos (2020-2021) avaient tous mis la main sur le trophée Prince de Galles.

Zdeno Chara avait décidé de s’en tenir loin en 2019 et les Bruins de Boston ont perdu la grande finale en sept parties contre les Blues de St. Louis. L’édition 2010-2011 des «Oursons» est la dernière équipe à avoir remporté la coupe Stanley après avoir refusé de toucher à la distinction remise dans l’Est.

Pour revenir aux éliminatoires de 2022, l’Avalanche du Colorado – qui a remporté la finale de l’Ouest – a également fait fit de la superstition. Après en avoir longuement discuté entre eux et avec le directeur général Joe Sakic, les joueurs des «Avs» ont choisi de festoyer avec le trophée Clarence-S.-Campbell.