LHJMQ

Cataractes: une première coupe en 53 ans

Publié | Mis à jour

La disette est terminée : après 53 ans sans coupe du Président, les Cataractes de Shawinigan sont les champions de la LHJMQ et ils représenteront le circuit québécois au tournoi de la coupe Memorial.

Pierrick Dubé a inscrit le but victorieux après seulement 41 secondes écoulées à la période de prolongation, propulsant les Cataractes vers une victoire de 4 à 3 sur les Islanders de Charlottetown. Les Cataractes ont ainsi remporté la série finale 4 à 1.

• À lire aussi: Michaël Bournival: doux souvenirs des Cataractes

«Tout le monde le dit chaque année : c’est le meilleur sentiment au monde, a exprimé l’entraîneur-chef des Cats, Daniel Renaud, sur la patinoire, quelques secondes après avoir soulevé la coupe pour la première fois de sa carrière. La vérité est que pour ces joueurs, c’est l’accomplissement d’une vie. Gagner un championnat, c’est le rêve d’une vie. On grandit en espérant vivre ça une fois dans sa vie et c’est aujourd’hui.»

Le directeur général Martin Mondou jubilait lui aussi après le match.

«Je suis tellement content pour tout le monde, pour les gens de Shawi et de la Mauricie qui nous ont supportés. [...] On avait des objectifs en arrivant à Shawi et maintenant on a une coupe Memorial et une coupe du Président. Je suis vraiment fier pour tout le monde.»

Dubé, encore une fois

Les Cataractes ont été fidèles à eux-mêmes aujourd'hui. Les Islanders avaient pris les devants 3 à 1 en deuxième période ; ils semblaient en plein contrôle de la rencontre. Toutefois, les hommes de Daniel Renaud ont orchestré une autre remontée qui a débuté par un but d’Olivier Nadeau en avantage numérique en fin de deuxième période. Puis, Pierrick Dubé a pris les choses en main. Le vétéran de 20 ans a inscrit le but égalisateur à mi-chemin de la troisième, avant d’inscrire le but victorieux en prolongation.

«Je n’ai même pas de mots. C’est un travail acharné tout au long de la saison. Ça fait trois ans qu’on se bat contre la COVID pour avoir de beaux championnats et pouvoir jouer de belles saisons. De finir en beauté ma carrière junior et d’avoir une chance d’aller à la coupe Memorial, quoi demander de mieux ? Je ne le réalise pas encore, mais c’est définitivement l’un des meilleurs moments de ma vie au hockey.»

En prolongation, Dubé a soutiré le disque à Patrick Guay avant de s’échapper et de battre Francesco Lapenna d’un tir précis.

«Je me rappelle la séquence, mais après ça je ne me rappelle pas. Je ne savais pas quoi faire !»

Bourque joueur par excellence

Sans surprise, Mavrik Bourque a reçu le trophée Guy-Lafleur, remis au joueur par excellence des séries éliminatoires. L’espoir des Stars de Dallas a inscrit le premier but des siens aujourd'hui, en début de première période. Il a terminé les séries avec 25 points en 16 parties.

«C’est un joueur exceptionnel qui va laisser sa marque comme les [Anthony] Beauvillier, [Samuel] Girard qui sont passés chez nous. On a eu plein de bons joueurs et de voir des gars grandir et d’avoir la chance de finir ta carrière junior avec un championnat, je pense que c’est la plus belle fin que tu peux espérer pour ton stage junior», a souligné Martin Mondou, qui avait repêché Bourque au troisième rang au total du repêchage de la LHJMQ de 2018.

«Je suis sans mots, a ajouté le capitaine des Cataractes. J’ai eu peur. C’est une bonne équipe l’autre bord. À 3-1, tu te mets à penser dans ta tête. On arrive en troisième, on a eu des chances de marquer et on l’a mis dedans. En prolongation, c’était dans la poche.»

Les Cataractes se prépareront maintenant pour le tournoi de la coupe Memorial, qui aura lieu du 20 au 29 juin prochain, à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick.

La leçon d'adversité de Daniel Renaud

Le 9 février 2020, les Cataractes de Shawinigan congédiaient Daniel Renaud. Aujourd'hui, un peu plus de deux ans et demi plus tard, il soulevait la coupe du Président avec cette même formation.

Pas de doute, plusieurs ont sourcillé en début de saison, lorsque le directeur général Martin Mondou a annoncé qu’il rapatriait Renaud.

Fier de son coup

Ce dernier venait de perdre en finale avec les Foreurs de Val-d’Or face aux Tigres de Victoriaville, malgré une équipe étoile, et certains se demandaient s’il était celui qui pourrait mener les Cataractes à la terre promise.

«Je savais ce que je faisais et Dan aussi. Aujourd’hui, on a le résultat de ça et je suis content de ça», a mentionné Mondou après la victoire.

Aujourd'hui, dans l’euphorie de la victoire, Renaud a accepté de s’ouvrir un peu sur cet épisode de février 2020.

«Si je ne suis pas congédié, je ne gagne pas avec les Cataractes aujourd’hui. Dans l’adversité, tu grandis. Mon plus grand moment d’adversité à vie a été ce congédiement et, aujourd’hui, c’est facile à dire, mais je remercie Martin et le groupe de l’avoir fait. Ça m’a fait grandir comme jamais j’aurais pu grandir. J’ai appris à Val-d’Or et je me suis remis en question. Tu as toujours le choix de te retrousser les manches ou de pointer tout le monde du doigt quand il t’arrive un malheur. Aujourd’hui, on vit ça ensemble.»

«Il nous a soudés»

Après la victoire, Renaud et Mavrik Bourque ont partagé un moment ensemble. Ils se sont échangé quelques paroles avant de s’enlacer durant plusieurs secondes.

«Tu veux savoir ce que je lui ai dit ?» nous a demandé Bourque quand on lui a parlé de ce moment.

«Je lui ai dit que je me rappelais encore la date qu’il s’est fait congédier. Il est revenu et, aujourd’hui, deux ans et demi plus tard, on est champions. Si Dan n’avait pas été là, on n’aurait jamais été champions. Il a su nous souder et on le voit, on est une équipe, des chums. Ça, c’est en partie grâce à Dan. »

Heureux de son retour

L’attaquant Xavier Bourgault lui aussi n’avait que de bons mots envers son entraîneur-chef.

«C’est un entraîneur qui m’a vraiment aidé. C’est un gars qui est proche de ses joueurs et il a passé beaucoup de temps avec moi à faire du vidéo. Ça m’avait fait beaucoup de peine quand il avait été congédié et on restait en contact quand même. J’étais extrêmement content quand il est revenu et j’avais confiance en lui.»

Il s’agissait d’une quatrième finale en carrière pour Renaud, qui avait connu la défaite à l’issue des trois premières : comme entraîneur-chef des Foreurs de Val-d’Or l’an dernier ; auparavant, comme adjoint avec les Remparts de Québec en 2015 et avec l’Océanic de Rimouski en 2012.