Crédit : MARTIN ALARIE / AGENCE QMI

Canadiens de Montréal

Le Rocket à un match de l'élimination

Publié | Mis à jour

Le Rocket a suivi à la lettre sa recette gagnante en finale de l’Est, samedi à Laval: les unités en infériorité numérique n’ont rien donné, Cayden Primeau a brillé et Rafaël Harvey-Pinard a marqué... mais cela n'a pas suffi.

Les Thunderbirds de Springfield ont créé l’égalité à l’aide d’un bond favorable en fin de troisième période et James Neal a inscrit le filet gagnant en prolongation dans une victoire de 3 à 2.

Le club-école du Canadien de Montréal tire donc de l’arrière maintenant 3 à 2 en finale de l’Est et retournera aux États-Unis avec la lourde tâche de remporter deux rencontres sans lendemain s’il souhaite obtenir son billet pour la finale de la coupe Calder.

«On a un groupe résilient, a lancé l’entraîneur-chef Jean-François Houle après la partie. On a déjà été dans ces moments-là. Il faut se présenter, aller jouer au hockey et avoir du fun. On a zéro pression.»

Primeau solide

Cette défaite est dure à avaler pour le Rocket et particulièrement pour Cayden Primeau. Le gardien a cédé trois fois, déjoué également par Nathan Todd et Dakota Joshua, mais il a été la cible de 47 lancers. Il a notamment été intraitable en infériorité numérique, aidant ses coéquipiers à écouler les sept jeux de puissance des visiteurs.

«Très bon encore ce soir, a acquiescé Houle. Il nous a gardés dans le match. Je pense qu’il a fait des arrêts clés, surtout en désavantage numérique. Je l’ai déjà dit, ton gardien est ton meilleur en désavantage. C’est sûr qu’il va commencer à être fatigué par contre. Il aura une journée de repos [dimanche].»

Les Thunderbirds n’ont pas été en mesure de marquer une seule fois en 25 occasions avec un homme en plus dans cette série.

«Ça fait deux matchs qu’on prend six ou sept punitions. C’est beaucoup trop, s’est désolé Houle. Il faut contrôler nos bâtons et nos émotions. Mais le désavantage fait un excellent travail pour nous garder dans le match. Je suis très fier de ça.»

Encore lui

Malgré le résultat, un autre constat est indéniable. Harvey-Pinard est bel et bien sorti de sa léthargie, lui qui a fait scintiller la lumière rouge deux fois, samedi.

Le Québécois a tout d’abord fait dévier un tir de la pointe en avantage numérique pour ouvrir la marque en première période. Quelques instants plus tôt, son repli permettait de mettre un terme à un surnombre des Thunderbirds.

En deuxième, son tir a dévié sur un patin pour trouver le fond du filet. S’il n’avait pas marqué à ses neuf premières rencontres éliminatoires, il a maintenant inscrit cinq buts à ses quatre dernières sorties.

La série se déplacera maintenant à Springfield, où aura lieu le match numéro 6 lundi.

En bref

Charlie Lindgren a obtenu le départ contre son ancienne équipe, lui qui amorçait une quatrième rencontre dans ce tournoi éliminatoire. Il a réalisé 25 arrêts. Il avait cédé quatre fois sur 26 tirs dans le deuxième match de cette série. Le club-école des Blues de St. Louis s’était incliné 4 à 2.

Malgré son geste de dardage qui a été à l’origine de la mêlée générale après le but gagnant en prolongation de Harvey-Pinard, vendredi, le gardien Joel Hofer n’a pas été suspendu. Il était l’adjoint de Lindgren, samedi.

Pour cette rencontre, Houle a effectué quelques changements à sa formation en raison de blessures à Nate Schnarr et Brandon Gignac. Ainsi, Kevin Roy et Jean-Christophe Beaudin étaient de retour.