Crédit : AFP

NBA

Insulté par les fans des Celtics, Green n'en a rien à cirer

Publié | Mis à jour

La vedette des Warriors de Golden State, Draymond Green, cible d'obscénités à répétition par une grande partie des fans des Celtics, mercredi lors de la défaite de 116-100 à Boston au match N.3 de la finale NBA, a assuré jeudi se moquer d'être insulté de la sorte.

Hué de façon récurrente tout au long du match, Green a été exclu pour une sixième faute à quelques minutes du terme. Moment auquel le TD Garden a redoublé de décibels pour l'injurier plus fort encore. Un acharnement déploré après-coup, notamment par son entraîneur Steve Kerr.

Plus tard, la femme de Green, Hazel Renee, a condamné les insultes proférées sur les réseaux sociaux. « Ne sont-ils pas humains ? » a-t-elle écrit à propos des fans des Celtics. « Mes enfants étaient au match ce soir, ils ont entendu ces insultes. C'est vraiment écoeurant. Juste honteux. » 

« Il est évident que cela peut affecter (les membres de ma famille), je le comprends. Mais sur le terrain, ils ne sont pas là avec moi. Et au final, ça se résume à mes coéquipiers et moi sur le parquet contre les joueurs d'en face. Ce que je dois faire, c'est canaliser toute mon énergie là-dessus et me concentrer sur le match », a expliqué Green.

Le tireur des Warriors, Klay Thompson, a lui assuré que l'hostilité des supporters adverses « n'était pas un facteur » de la défaite. « Nous avons déjà joué devant des gens insultants. Lâcher des "Va te faire... " quand il y a plein d'enfants autour, c'est très classe. Bon travail, Boston », a-t-il néanmoins ironisé.

Plus que l'accueil des Celtics qui lui a été réservé, c'est sa performance assez médiocre (2 pts, 4 rbds), qui a affecté Green, bien déterminé à répondre dans le jeu vendredi pour le 4e match de la série, afin d'aider Golden State à revenir à 2-2. 

« Nous sommes une bien meilleure équipe lorsque je suis agressif offensivement, alors je dois l'être. Je me suis toujours enorgueilli d'apporter à l'équipe ce dont elle a besoin pour gagner », a-t-il conclu.