JiC

«C'est un groupe qui peut faire des ravages»

Publié | Mis à jour

Anthony Mantha se remet lentement de l'élimination des Capitals de Washington.

En entrevue avec Jean-Charles Lajoie, jeudi, il est revenu sur la défaite de sa formation face aux Panthers de la Floride.  

«Quand tu rentres en séries, tout peut arriver. À plusieurs occasions, les dernières équipes à se qualifier ont gagné la coupe. On voulait un autre scénario, mais c'est ça le hockey. Les Panthers ont très bien joué.»

Le Québécois est toutefois certain que lui et ses coéquipiers pourront se reprendre la saison prochaine.

«Je ne pense pas qu'il va y avoir des gros changements durant l'été. Je crois que ce sera pas mal le même groupe que cette année. On va essayer de faire les séries encore l'année prochaine et faire un long parcours. Si la santé est présente, c'est un groupe qui peut faire des ravages.»

Sur le plan personnel, Mantha a trouvé sa saison très difficile, lui qui a manqué une grosse partie de l'année en raison d'une blessure.

«C'était difficile. Je vais t'avouer que les premières semaines étaient difficiles mentalement. Tu es habitué de bouger plusieurs fois par jour, pratiquer le matin et jouer le soir. Ensuite, tu te retrouves à ne rien faire pendant un mois jusqu'à temps que ton épaule se sente un peu mieux. Une fois que tu commences à bouger, tu as hâte de pratiquer, de lever des poids et d'être avec l'équipe. C'était plus positif à la fin.»

En ce qui concerne les chances de voir Alex Ovechkin réussir à battre le record de Wayne Gretzky, l'ancien des Foreurs de Val-d'Or y croit, mais à une seule condition.

«Tout va dépendre de sa santé. S'il est capable de jouer 75 ou 80 matchs, il va marquer au minimum 30 ou 40 buts. Il a montré cette année qu'il pouvait en marquer 50. On ne sait jamais.»

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.