Alouettes de Montréal

William Stanback : regagner sa couronne

Publié | Mis à jour

Le porteur de ballon des Alouettes de Montréal William Stanback a bien l’intention d’être aussi dominant en 2022 qu’auparavant.

L’Américain avait mené la Ligue canadienne de football pour les verges amassées avec ses jambes (1176) l’année passée et était le finaliste de la section Est pour le titre de joueur par excellence du circuit.

«Je veux reprendre où j’ai laissé la saison dernière», a affirmé Stanback mardi, avant que les Alouettes quittent en direction de Calgary pour leur premier affrontement de la campagne.

«J’ai évidemment des objectifs personnels que je souhaite atteindre, notamment de franchir à nouveau le cap des 1000 verges. Le plus important est toutefois de gagner les matchs importants.»

Le demi offensif est l’un, sinon le rouage le plus important de l’attaque des «Als». Il doit composer avec la pression de répondre aux attentes.

«Ce n’est pas stressant pour moi. C’est quelque chose que je fais depuis que je suis enfant, a indiqué Stanback. J’adore le football. Je ne vois pas pourquoi je ralentirais. Je suis encore jeune, j’ai seulement 27 ans. J’ai encore plusieurs belles années devant moi.»

Par précaution

Pendant le camp d’entraînement, Stanback n’a pas vu énormément d’actions et n’a participé à aucun des deux matchs préparatoires, ce qui a laissé place aux doutes quant à sa présence pour l’affrontement de ce jeudi contre les Stampeders en Alberta.

Ceux-ci ont été dissipés en début de semaine et le produit de l’université Virginia Union sera à son poste.

«Je suis en pleine santé, a précisé Stanback. Je pense que les entraîneurs voulaient s’assurer que je le sois pour l’affrontement à Calgary. [...] Parfois, on me retirait plus tôt des entraînements, mais c’était pour obtenir le meilleur dans le futur.»

«Je ne dirais pas qu’il s’agissait d’une stratégie», a répondu l’entraîneur-chef Khari Jones avec le sourire, lorsqu’il a été questionné sur son utilisation de Stanback pendant le calendrier préparatoire.

«Il n’était pas à 100 %, mais il aurait pu être dans notre formation pour notre dernier match préparatoire. Nous ne voulions simplement pas prendre un risque.»

À l’entendre parler de l’impact de son joueur quand il est dans sa formation, on peut comprendre pourquoi Jones a voulu prendre des précautions.

«C’est énorme d’être en mesure de courir avec le ballon comme on l’a fait par le passé avec lui. Il me permet d’appeler toutes sortes de jeux, ce qui n’est pas le cas de toutes les équipes. Il peut faire la différence à n’importe quel moment dans une partie.»

- Les Alouettes tenteront d’amorcer leur saison 2022 du bon pied jeudi soir, lorsqu’ils se mesureront aux Stampeders, dès 21 h, au McMahon Stadium.