LHJMQ

Trois options s'offrent à Patrick Roy

Publié | Mis à jour

Une semaine après la défaite crève-cœur face aux Cataractes de Shawinigan, Patrick Roy n’a toujours pas pris de décision quant à son avenir avec les Remparts de Québec. Échaudé par les deux dernières années pandémiques et le travail des officiels dans la LHJMQ, il entend profiter de vacances lors des prochains jours avant d’annoncer sa décision.

Clairement, la pénalité imposée à Vsevolod Komarov à la fin du match numéro 5 contre Shawinigan, qui a mené au but victorieux de Pierrick Dubé, ne passe toujours pas chez l’homme de hockey.   

«Je me ferme les yeux, je revois encore le match et j’ai hâte qu’il disparaisse de ma tête», a-t-il mentionné, assis à côté du président des Remparts, Jacques Tanguay, lors du bilan de fin de saison de l’équipe au Centre Vidéotron, mercredi.

Cette décision de l’officiel Olivier Gouin a confirmé ce à quoi il songeait depuis quelque temps déjà. Âgé de 56 ans – il aura 57 ans en octobre –, Roy désire prendre le temps afin de s’assurer que le feu brûle toujours.

«Tu rentres ici à 6 h 30-6 h 45 et tu sors à 15 h 30-16 h. Tu embarques dans l’autobus et tu fais 25 000 km par année. J’ai 56 ans, je suis dans l’autobus pour le Cap-Breton et mes chums sont en train de jouer au golf en Floride. Là, tu te dis : "criss, je fais quoi ici, moi?"»

«Je ne me souviens pas d’avoir été aussi émotif après une défaite. Je pense qu’en vieillissant, on accepte moins l’incompétence et l’injustice. On gère moins bien ça. On réalise ce qu’on veut, mais aussi ce qu’on ne veut pas», a-t-il ajouté en faisant référence à l’appel fait en fin de match le 1er juin.

Pour lui, comme pour la population en général, les deux dernières années de contraintes causées par la pandémie de COVID-19 ont miné son moral.

«Ç'a été deux années de gestion difficile. On a été arrêtés tout le mois de décembre à ne pas savoir si on allait recommencer et comment. Ça n’a pas été difficile juste pour nous, les entraîneurs, mais aussi pour les joueurs. C’était lourd. La COVID a eu des effets négatifs pour beaucoup de jeunes.»

Avenir de Patrick Roy: Stéphane Turcot à JiC -

Seulement DG?   

Roy reconnaît qu’il sera difficile pour lui de quitter complètement le monde du hockey. Il sait pertinemment qu’une fois sa retraite prise, des opportunités dans les médias s’offriront à lui, tout comme des mandats de consultant.

Mais il n’est pas rendu là. À l’heure actuelle, sa réflexion concerne les Remparts. Dans sa tête, trois options s’offrent à lui: revenir en tant qu’entraîneur-chef et directeur général, délaisser le poste d’entraîneur et simplement se concentrer sur celui de DG ou quitter tout simplement.

«Quand je suis arrivé avec l’équipe, on avait deux scénarios Jacques [Tanguay] et moi. On s’était dit que je pourrais diriger l’équipe quelques années et ensuite trouver un successeur et que je serais seulement directeur général. On aura une conversation lui et moi. On est des grands chums et on est capables de se dire comment on vit les choses.»

Équipe prometteuse   

Si la déception de la défaite de cette année fait mal, il reste qu’en théorie, les Remparts auront une formation de haut calibre l’an prochain en raison du retour de 15 ou 16 joueurs de l’édition actuelle, en fonction de la décision du capitaine Théo Rochette.

Il s’agit là d’un argument en faveur d’un retour, peut-être pour une dernière année, de Roy avec les Remparts.

«Ça pèse dans la balance et ça fait partie de la réflexion, a-t-il assuré. Je n’ai jamais été un gars qui abandonnait. Ce qui est important, c’est que je sois bien là-dedans et à 100 % dans l’aventure. Il faut que j’aie encore le désir de rentrer le matin pour continuer à aider les jeunes à se développer et à amener des idées nouvelles à l’équipe.»

Jacques Tanguay a ensuite assuré que peu importe la décision de Roy, les opérations hockey des Remparts ne seraient pas touchées dans les prochaines semaines.

«Tout le travail pour ce qui s’en vient au début du mois de juillet, soit le repêchage de la LHJMQ et le repêchage européen, tout ça a été préparé de longue date et on est prêts pour les prochaines étapes.»

À voir dans la vidéo ci-dessus.