Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

Canadiens de Montréal

Le CH embauche Marie-Philip Poulin

Publié | Mis à jour

Marie-Philip Poulin n’a toujours pas l’intention d’accrocher ses patins malgré quatre médailles aux Jeux olympiques, dont trois en or. À 31 ans, elle portera maintenant deux chapeaux, celle de joueuse et de consultante au développement des joueurs avec le Canadien.

Poulin suivra les traces de Hayley Wickenheiser et Danielle Goyette, deux autres icônes du hockey féminin canadien, qui travaillent également avec les espoirs des Maple Leafs de Toronto. 

«Je dois me pincer un peu, a-t-elle dit avec un grand sourire, mardi. C’est un honneur pour moi d’être ici et de commencer dans ce rôle de consultante au développement des joueurs. Je trouve ça vraiment excitant.»

«J’ai une passion pour le hockey. Je baigne dans ce sport depuis que je suis toute jeune. J’ai hâte d’en parler avec les joueurs. Mais pour l’instant, ma priorité demeure de jouer au hockey. Je veux toutefois apporter une autre vision avec mon nouveau poste.»

Une première à Montréal

Avec l’embauche de la Beauceronne, le Tricolore a brisé un plafond de verre en faisant une place à une femme pour une première fois au sein des opérations hockey de l’équipe.

«Nous sommes ravis de l’ajout de Marie-Philip Poulin à notre département du développement hockey, a déclaré le directeur général Kent Hughes par l’entremise d’un communiqué. Marie-Philip est l’une des meilleures joueuses de la planète et elle a gagné au plus haut niveau, ce qui s’avérera très bénéfique pour nos joueurs. Ses connaissances, son leadership et sa vision du hockey font du Canadien une meilleure organisation.»

«C’est un privilège de compter dans nos rangs une personne aussi compétente que Marie-Philip, a renchéri le propriétaire, Geoff Molson. Elle est la meilleure dans son domaine et ses exploits contribuent à bâtir une culture gagnante avec le Canadien. « Son arrivée est un pas de plus vers la diversité que nous désirons implanter au sein de l’organisation.»

«Depuis l’embauche de Jeff Gorton [vice-président exécutif des opérations hockey], j’ai dit que je voulais partir avec une nouvelle mentalité, a enchaîné Molson. Nous avons engagé Jeff et Kent, mais nous avons aussi construit une équipe pour les statistiques avancées. Nous voulions aussi un groupe diversifié. Marie-Philip est jeune et elle sait comment gagner. C’est une grosse victoire pour nous.»

Sous la gouverne de Ramage

Poulin offrira son expertise au Tricolore en travaillant sur la patinoire avec les jeunes espoirs de l’organisation. Elle regardera également des séances vidéo afin d’améliorer les aptitudes individuelles et collectives de la relève de l’équipe. Elle sera en étroite collaboration avec Rob Ramage, le directeur du développement des joueurs, et Adam Nicholas, le directeur du développement hockey.

Francis Bouillon, un entraîneur du développement des joueurs, fait aussi partie de ce groupe.

Une glorieuse carrière

Il y a Connor McDavid dans la LNH. Il y a Marie-Philip Poulin au hockey féminin. Sur la scène internationale, elle a raflé l’or aux Jeux olympiques de Vancouver (2010), Sotchi (2014) et Pékin (2022). Elle a gagné l’argent en 2018 à Pyeongchang.

Elle détient aussi un record, tous genres confondus, avec un but dans quatre finales d’affilée aux JO. Pour ajouter à son aura, elle a marqué le but gagnant lors des trois dernières conquêtes de l’or.

Toujours avec l’équipe canadienne, l’ancienne du collège Dawson à Westmount compte deux médailles d’or (2012 et 2021) et six d’argent (2009, 2011, 2013, 2015, 2016, 2017) lors des Championnats du monde.

Dans la NCAA, elle a joué pour les Terriers de l’Université de Boston de 2010 à 2015.

Après son passage aux États-Unis, elle a endossé l’uniforme des Canadiennes de Montréal, dans la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF), de 2015 à 2019, après avoir porté les couleurs des Stars de Montréal de 2007 à 2009. Dans ce défunt circuit, elle a gagné la coupe Clarkson à deux reprises en plus d’être nommée joueuse la plus utile trois fois.

Poulin a l’intention de représenter le Canada pour une cinquième fois aux Jeux olympiques de 2026 à Milan et à Cortina d’Ampezzo en Italie.

Des femmes dans les opérations hockey de la LNH

Canadien de Montréal

Marie-Philip Poulin – Consultante au développement des joueurs

Maple Leafs de Toronto

Leanne Hederson – Directrice opérations hockey

Hayley Wickenheiser – Directrice senior au développement des joueurs

Danielle Goyette – Directrice développement des joueurs

Canucks de Vancouver

Émilie Castonguay - Directrice générale adjointe

Cammi Granato – Directrice générale adjointe

Kings de Los Angeles

Blake Bolden – Recruteuse amateure

Eva Bassett – Directrice des opérations hockey

Blackhawks de Chicago

Brigette Lacquette – Recruteuse professionnelle

Kendall Coyne Schofield – Entraîneuse du développement des joueurs

Meghan Hunter – Directrice administratrice des opérations hockey et recruteuse amateure

Penguins de Pittsburgh

Amanda Kessel – Membre du programme exécutif hockey

Krissy Wendell-Pohl – Recruteuse amateure

Devils du New Jersey

Kate Madigan – Directrice exécutive des operations hockey

Meghan Duggan – Directrice du développement des joueurs

Islanders de New York

Joanne Holewa – Gérante des opérations hockey