Baseball

Capitales: des adversaires très décevants

Publié | Mis à jour

Avant le match prévu contre les Capitales, mardi soir à Québec, les Greys d’Empire State avaient perdu leurs 21 premières parties de la saison dans la Ligue Frontière. 

Il faut savoir que cette formation, issue d’un partenariat avec une autre ligue de baseball indépendant, soit l’Empire League, dispute l’ensemble de ses rencontres à l’étranger. Elle est composée principalement de jeunes joueurs qui poursuivent leur développement. À titre d’exemple, leurs lanceurs sont surtout âgés de 25 ans ou moins. 

«C’est très décevant, a avoué le président des Capitales Michel Laplante, au moment de réagir au rendement des Greys, mardi, durant son passage au balado Les buts remplis, propulsé par TVA Sports et QUB Radio. Même s’ils lancent fort, ils n’ont pas ce qu’il faut pour jouer contre des professionnels. Dans certaines rencontres que j’ai eues avant le début de la saison avec des propriétaires [d’équipes de la Ligue Frontière], je prévoyais que ces jeunes-là allaient se faire ramasser...» Écoutez l'épisode complet de la semaine ici:

L'expérience ne s'achète pas 

Pour le moins qu’on puisse dire, Laplante n’est pas surpris du piètre début de saison des Greys, qui seront à Québec jusqu'à jeudi. 

«Le baseball est un sport à développement tardif et un jeune qui joue à un bon niveau universitaire ne peut rivaliser, a-t-il expliqué sommairement. Il a beau avoir la même vélocité [comme lanceur] ou avoir l’air d’un joueur de baseball au bâton, ça prend des matchs et des matchs d’expérience pour combler l’écart.» 

«Un jeune lanceur va se faire décortiquer en deux manches par des frappeurs expérimentés de 27, 28, 29 ou 30 ans, a ajouté Laplante. Ils commencent par la tête et descendent tranquillement et vont observer, par exemple, que le lanceur bouge son menton d’une telle façon sur une courbe. Au prochain tour au bâton, il va se faire ramasser.

«Dans les matchs, les gars [des Greys] se battent, ils ne lâchent pas, mais un moment donné, tu ne peux pas rivaliser avec des joueurs qui ont joué pendant des années au niveau professionnel.» 

Du monde dans le stade!  

Concernant les Capitales, Laplante est heureux de la récente série de 13 victoires de son équipe. Le président semblait toutefois moins encouragé par la pluie qui a été trop présente à son goût durant le dernier mois. 

«Au niveau des opérations baseball, ç’a été plaisant de voir cette séquence-là de 13 victoires, évidemment, a-t-il mentionné. De gagner pendant deux semaines consécutives au baseball, c’est impressionnant.» 

«Malheureusement, on a eu quelques journées de pluie, a noté Laplante, concernant la séquence de neuf gains en autant de matchs à domicile. L’important, c’est aussi de mettre du monde dans le stade... Il faut toutefois s’en attendre. À chaque année, notre mois de mai sur le calendrier, on le met en rouge, on sait que c’est plus dangereux quand il fait froid. Au moins, les gens qui sont là ont un très, très beau spectacle.»