Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QUEBEC

LHJMQ

Théo Rochette toujours indécis

Publié | Mis à jour

Le capitaine des Remparts, Théo Rochette, n’a toujours pas décidé si c’est à Québec ou à Lausanne qu’il passera la prochaine saison. Toutefois, la fin décevante pourrait l’inciter à revenir une dernière saison à Québec pour tenter de ramener une première coupe du Président en 47 ans dans la Vieille Capitale.

Les Remparts ont procédé aux rencontres individuelles de fin de saison, vendredi, et les joueurs se sont serré la pince pour une dernière fois avant de retourner chez eux pour la saison estivale. Si la défaite de mercredi soir dernier dans un match ultime demeurait amère, plusieurs joueurs ont parlé avec optimisme de la saison prochaine qui devrait, en théorie, être une autre bonne cuvée pour les Diables rouges. 

 Mais ça, c’est dans un monde parfait, celui dans lequel tout le monde revient, incluant les espoirs de la LNH comme Zachary Bolduc et Nathan Gaucher, ainsi que Rochette.

Ce dernier a d’ailleurs esquissé un sourire lorsqu’on lui a demandé si la déception d’une défaite en demi-finale était un argument de plus pour un retour à Québec comme joueur de 20 ans, l’an prochain.

«En effet, a-t-il dit. C’est sûr que de la façon dont ça finit, c’était dur pour tout le monde. On ne s’attendait pas à ça et les partisans non plus. C’est dur mentalement et ça donne le goût de revenir encore plus fort l’année prochaine parce qu’on sait qu’on va avoir encore une bonne équipe. Ça donne le goût de revenir et d’essayer de gagner.»

Maître de sa destinée

Rochette qui, rappelons-le, a un contrat avec le Lausanne HC en Ligue nationale A suisse en vue de l’an prochain, pèsera le pour et le contre des options qui se présentent à lui au cours des prochaines semaines.

Plusieurs intervenants seront impliqués dans la décision : Patrick Roy et les Remparts, l’agent de Rochette, Olivier Fortier, le Lausanne HC et, peut-être, l’équipe de la LNH qui le repêchera ou lui fera signer un contrat.

Malgré tout, le joueur de centre assure qu’il aura le mot final.

«À la fin de la journée, ce sera ma décision. [...] Les deux chemins sont des très bons chemins. La ligue de Suisse est l’une des meilleures d’Europe et ce ne serait pas un mauvais chemin pour moi, loin de là. Il y a beaucoup d’exemple de gars qui sont allés là-bas et qui sont revenus en Amérique du Nord. Je sais aussi que le junior peut être un très bon tremplin et profitable pour des jeunes joueurs comme moi. Ce sont deux bonnes options et on va en discuter.»

Fin décevante

Comme il l’a fait toute la saison, Rochette a fait face à la musique, vendredi. Son duo avec Zachary Bolduc n’a pas été l’ombre de lui-même en séries, ce qui n’a assurément pas aidé les chances des Remparts en demi-finale contre les Cataractes.

«J’avais une blessure à l’épaule mais ça ne m’empêchait pas de jouer. Je suis déçu de mes performances offensives. Défensivement, on a eu de grosses missions contre les grosses lignes, notamment contre Shawinigan et on a fait du bon travail. Par contre, en attaque, on aurait aimé être plus performant, surtout moi et je suis un peu déçu. Je pense toutefois avoir pris une coche durant la saison et en général, je suis satisfait.»

Avant de partir, Bolduc et Rochette ont d’ailleurs abordé la possibilité de se retrouver l’an prochain.

«C’est sûr que j’aimerais qu’il revienne, a mentionné Bolduc. C’est sûr que de jouer avec un gars comme lui, c’est une chance. C’est un gars avec une vision incroyable et rempli de talent. C’est un passeur, un tireur, il peut tout faire sur la glace. Ce serait le fun qu’il revienne avec nous, mais c’est à lui de voir où il veut enligner sa carrière», a affirmé Bolduc, qui ira rejoindre le club-école des Blues de St. Louis, les Thunderbirds de Springfield, pour la finale de l’Association de l’Est dans la Ligue américaine, face au Rocket de Laval.

Louis Crevier prêt à faire le saut

Sans faire de mauvais jeu de mots, Louis Crevier a fait des pas de géant cette saison. Maintenant que sa carrière junior a pris fin, Crevier se dit maintenant prêt à débuter le prochain chapitre de sa carrière de hockeyeur.

Le grand défenseur de 6 pi 8 po et 214 lb a été une force à la ligne bleue des Diables rouges toute la saison et son jeu a atteint un autre niveau en séries, au cours desquelles il a — comme Patrick Roy l’a noté mercredi — la plupart du temps été le meilleur joueur de l’équipe.

«J’ai vécu plusieurs nouvelles expériences, dont celle de vivre un échange et d’apprendre un nouveau système de jeu. J’ai eu un rôle différent et j’ai pu toucher à l’avantage numérique. Ce sont toutes des expériences qui ont fait de moi un meilleur joueur, match après match. Juste le fait de toucher à la glace autant que je l’ai fait cette année, il n’y a pas beaucoup de façon que ça de devenir meilleur», a fait remarquer le sympathique géant, aujourd'hui.

Ceux qui ne se plaindront pas de la progression du défenseur, ce sont les Blackhawks de Chicago, qui détiennent ses droits après l’avoir réclamé en septième ronde lors du repêchage de 2020. Crevier ira rejoindre les Hawks pour leur camp de développement à partir du 9 juillet prochain.

«Je regarde ça avec confiance, a-t-il assuré. De partir pour les États-Unis, tu ne peux pas vraiment te préparer et je ne sais pas comment ça va se passer, mais j’essaie de prendre les conseils de tout le monde. J’ai bien hâte de voir la suite.»

Un tremplin

Après avoir passé les trois premières saisons de sa carrière avec les Saguenéens de Chicoutimi, Crevier a eu la chance de venir conclure son stage junior comme joueur de 20 ans avec l’équipe de sa ville natale, à Québec. Une chance inestimable, reconnaît-il.

«Ç’a vraiment été une belle expérience et je suis content de l’avoir vécu à ma dernière année. Des fois, je trouve ça un peu difficile pour les autres gars. Ici, on est tellement bien traités et quand tu te fais échanger à ton année de 19 ou 20 ans, sans rien enlever aux autres équipes, mais souvent ils n’ont pas le même budget. Je suis content d’avoir fini ça ici. On a l’impression d’être dans une organisation professionnelle. La façon dont on est traité et le personnel d’entraîneurs en place a fait que ç’a été pour moi un genre de tremplin pour la prochaine étape.»