Crédit : Martin Chevalier / JdeM

Alouettes de Montréal

Pas facile pour Vernon Adams fils

Publié | Mis à jour

S’il désirait faire taire ses détracteurs et rassurer ses patrons, le quart-arrière des Alouettes de Montréal Vernon Adams fils a lamentablement échoué vendredi soir, au Stade Percival-Molson.

Dans le deuxième et dernier match préparatoire des siens, le pivot a lancé trois interceptions contre la défensive B – voire C – du Rouge et Noir d’Ottawa. Les «Als» l’ont tout de même emporté 27 à 26 grâce à un effort des réservistes en fin de duel.

La soirée avait pourtant bien commencé pour Adams fils. Sur leur première séquence à l’attaque, les Alouettes ont franchi 72 verges et le numéro 3 a inscrit le touché avec une faufilade du quart.

Le ciel est ensuite tombé sur celui qui est pressenti pour être le partant du club depuis le début du camp d’entraînement. À la fin du premier quart et au début du deuxième, l’athlète de 29 ans a été victime de trois larcins en quatre passes tentées. Il a vu son affrontement prendre fin après la dernière interception qu’il a lancée, alors qu’il restait près de 10 minutes à faire avant la pause de la mi-temps.

«Nous avons commencé de la bonne façon en marquant un touché, mais ç'a été plus difficile par la suite», a dit Adams fils en conférence de presse.

«En tant que quart-arrière, je suis dur avec moi-même. Je me dois de mieux prendre soin du ballon. Nous allons regarder la vidéo du match demain [samedi].»

La décision est prise, mais...

Adams fils a conclu sa soirée de boulot avec six passes complétées en 12 tentatives pour des gains de 69 verges en six séquences à l’attaque. Il a aussi amassé 12 verges avec ses jambes. C’était par ailleurs le premier match de l’Américain depuis le 11 octobre dernier, lui qui avait subi une blessure à l’épaule gauche qui avait mis fin à sa campagne 2021.

Venu en relève à Adams fils pour la fin du deuxième quart, Trevor Harris n’a guère fait mieux. Le vétéran de 36 ans a été victime d’une interception et n’a réussi que trois des sept passes qu’il a tentées. Les quarts-arrière Davis Alexander et Dominique Davis se sont partagé le boulot en deuxième demie.

Après la partie, l’entraîneur-chef Khari Jones n’a pas voulu dire qui sera le quart-arrière partant jeudi prochain, lors du match d’ouverture contre les Stampeders à Calgary.

«Je sais pas mal de qui il s’agira, mais je ne désire pas vous le dire.»

Même si le coach préfère garder le secret, il serait très surprenant qu’Adams fils ne soit pas derrière le centre la semaine prochaine. Jones a d’ailleurs préféré se concentrer sur les éléments positifs qu’il a vu chez son pivot contre Ottawa.

«J’ai aimé son attitude sur les lignes de côté quand les autres quarts-arrière jouaient, a dit l’entraîneur. Il était toujours impliqué dans le match et c’est positif. Il ne faisait pas ça par le passé.»

Des petits bijoux défensifs

La rencontre contre le Rouge et Noir marquait les débuts du tout premier choix du dernier repêchage de la Ligue canadienne de football : Tyrell Richards.

Le secondeur canadien a été utilisé en défensive pendant la seconde demie. Il a fait sentir sa présence dès sa première présence en frappant de plein fouet le quart-arrière adverse. Avec la force de l’impact, Tyrie Adams a échappé le ballon et le joueur de ligne défensive des Alouettes Brock Gowanlock a récupéré le précieux objet. Ce dernier a par ailleurs connu un excellent match et frappé le pivot adverse trois fois derrière la ligne d’engagement.

«Il était plaisant à voir aller», a affirmé Jones à propos de Gowanlock.

Le Manitobain a ainsi pris la dernière occasion qui se présentait à lui de faire bonne impression.

«Il y a certains éléments qu’on ne peut pas voir pendant le camp, exprimé le pilot des Alouettes. Nos joueurs ne peuvent pas vraiment frapper de toutes leurs forces nos quarts-arrière. C’est un désavantage pour les joueurs de ligne défensive.»

Les demis défensifs Wes Sutton et Herb Waters ont aussi fait plaisir aux partisans avec un larcin chacun. De plus, les retourneurs de botté Mario Alford et Chandler Worthy ont démontré de belles choses quand ils en ont eu l’occasion.

Place aux dernières coupures

Maintenant que le calendrier préparatoire est chose du passé, l’état-major des Alouettes doit effectuer ses dernières coupures. En date de vendredi soir, il y avait 88 joueurs au sein de la formation montréalaise. Le directeur général Danny Maciocia devra en libérer plus d’une trentaine pour respecter la limite imposée par la LCF.

«Nous allons devoir prendre des décisions difficiles», a lâché Maciocia, lorsque croisé sur la galerie de la presse.

Le DG, Jones et le reste du personnel des «Als» se réuniront dès 6h samedi matin pour sélectionner les 45 joueurs réguliers de leur formation et les 10 athlètes qui composeront l’équipe de réserve du club.