Crédit : MARTIN ALARIE / JAGENCE QMI

Boxe

Akdeniz ne fait qu'une bouchée de Rodriguez

Publié | Mis à jour

Le titre est mineur, mais le résultat est convaincant. Le Québécois Mazlum Akdeniz a mis la main sur la ceinture WBC Continental des Amériques des super-légers en battant un Juan Antonio Rodriguez ensanglanté par décision unanime, jeudi au Casino de Montréal.

Après un départ endiablé, Akdeniz (17-0-0, 8 K.-O.) a connu un creux de vague lors des quatrième et cinquième rounds. Il est ensuite revenu en force, et une coupure à Rodriguez (32-9-0, 28 K.-O.) subie au huitième engagement a scellé un résultat qui semblait inévitable.

  Les juges ont finalement remis des cartes de 97-91, 98-90 et 98-90 au terme de ce combat de 10 rounds.

«C’est une étape, a lancé le vainqueur. J’ai encore beaucoup à prouver, mais je suis vraiment content de ce que j’ai fait. Je sais que Mazlum Akdeniz va devenir un monstre.»

En forme

Dans ce combat opposant deux gauchers pour lequel son clan avait demandé quelques semaines de préparation supplémentaire, «Maz» a démontré toute l’étendue de sa forme physique. Il a ainsi mené un combat à l’image de la description qu’a fait de lui son entraîneur Moe Latif: rien d’extraordinaire, mais excellent dans tout, et avec une volonté de fer.

«J’en veux toujours plus, a-t-il dit. Si j’ai appris une chose dans ce combat, c’est que tu n’es jamais prêt. Je faisais des 5 km avec 10 sprints, maintenant je ferai des 8 km avec 15 sprints. Il va falloir que je montre à tout le monde que je travaille plus dur, et ça doit paraître sur le ring.»

Le jeune boxeur de 24 ans poursuit ainsi son cheminement en se classant dans le top 15 mondial, mais Yvon Michel n’a pas l’intention de précipiter les choses.

«Ça va lui donner un élan, a reconnu le promoteur. On va tenter de lui trouver au fur et à mesure des adversaires de qualité qui vont lui donner une bonne expérience, de la crédibilité, et qui vont le faire monter de la bonne façon.»

Pour l’instant toutefois, l’heure est à la célébration. Le Longueuillois se préparait d’ailleurs a souligné cette victoire au restaurant familial, sur la Rive-Sud de Montréal.

«On va aller prendre ça relax avec la famille. Demain, on devrait aller distribuer des pizzas!»

Entrée réussie pour Di Bella

Plus tôt, le Québécois Jonathan Di Bella (1-0-0, 0 K.-0) effectuait ses débuts professionnels contre Brian Lopez Salinas (2-1-0, 0 K.-O.). Il l’a emporté par décision unanime.

Avant le combat, Yvon Michel a avoué qu’il n’avait jamais vu le Montréalais en action. Mais au vu du résultat, le protégé des frères Grant pourrait bientôt amorcer des négociations pour un contrat.

«Les frères Grant n’ont pas arrêté de me dire que c’est le meilleur espoir au Québec des cinq dernières années!», s’était enthousiasmé le promoteur.

En bref

Sara Couillard (0-1-0, 0 K.-O.) en était également à un premier pugilat chez les professionnelles et elle a baissé pavillon devant Flor Carrera (2-0-1, 0 K.-O.).

Le protégé de Probellum, Spencer Wilcox (2-0-0, 2 K.-O.), a vaincu Juan Carlos Garcia (4-2-0, 0 K.-O) par décision unanime. L’Ontarien conserve ainsi sa fiche parfaite.

Charles Conwell (17-0-0, 13 K.-O.), également de Probellum, a eu l’ascendant sur Abraham Juarez Ramirez (19-10-0, 8 K.-O.) par K.-O. au troisième engagement.

Eric Basran (2-0-0, 1 K.-O.) a signé une toute première victoire par K.-O chez les professionnels. Il a envoyé Jorge Castro (3-6-2, 1 K.-O.) au tapis dès le premier round.

Finalement, Wilfred Seyi (10-0-0, 4 K.-O.) a gagné contre David Benitez (8-6-0, 2 K.-O.) par décision unanime.