Alouettes de Montréal

Trevor Harris gagne des points

Publié | Mis à jour

Les Alouettes ont peut-être perdu à la dernière seconde sur un placement des Tiger-Cats, samedi soir à Hamilton, mais ils ont surtout trouvé des réponses à certaines questions quant à la profondeur de l’équipe. Là où le mystère semble toutefois demeurer entier, au terme de ce premier match préparatoire, c’est pour le fameux poste de quart-arrière numéro un.

Durant cette défaite de 25 à 23 subie au Tim Hortons Field face aux Tiger-Cats, Vernon Adams fils n’était pas en uniforme. C’est ainsi que le vétéran Trevor Harris, 35 ans, a pivoté l’attaque pour entamer la partie. 

Dès le premier jeu offensif, Harris a réussi une longue passe de 39 verges à Reggie White fils. Le quart-arrière, qui avait joué quatre matchs avec Montréal l’an dernier, a encore rejoint White fils, cette fois sur quatre verges dans la zone des buts, pour conclure cette séquence offensive.Harris a finalement réalisé neuf passes en 12 tentatives pour des gains de 124 verges par la voie aérienne en moins d’un quart. Il a ensuite cédé sa place à Dominique Davis tandis que Ben Holmes et Davis Alexander ont pour leur part été utilisés en deuxième demie. Somme toute, chacun a plutôt bien fait.

«Tout le monde aime les bonnes histoires avec les quarts-arrières, a convenu l'entraîneur-chef Khari Jones, en riant, au terme du match. Trevor a bien joué et c'était très bien de voir ça. Maintenant, Vernon va jouer la semaine prochaine et nous verrons à ce moment-là.»

«Trevor et Vernon sont encore dans une bataille pour le poste de quart-arrière numéro un, c’est sûr, estimait pour sa part l’entraîneur québécois André Bolduc, durant une généreuse entrevue, avant même le début de cette rencontre préparatoire. Les deux vont jouer la semaine prochaine [contre Ottawa] et ça va donner des réponses à beaucoup de questions.»

Des «Moineaux» au pied carré 

En bref, le match contre les Tiger-Cats aura permis d’obtenir davantage de réponses à d’autres positions, autant à l’attaque qu’en défensive. C’est justement ce à quoi devait servir cette rencontre préparatoire pour laquelle 76 joueurs étaient en uniforme pour le club montréalais.

Le receveur de passes américain Krishawn Hogan s'est démarqué en captant 11 passes pour 102 verges.

«Au niveau des receveurs, on a un bon noyau et Hogan a amassé plus de 100 verges et a connu un match spécial», a affirmé Jones.

Chez les Québécois, le maraudeur Marc-Antoine Dequoy, qui se bat pour un poste, a notamment réalisé un solide plaqué en début de troisième quart en plus de s’illustrer sur les unités spéciales. Avec trois placements en autant de tentatives, le botteur David Côté a pour sa part fait le nécessaire pour conserver la confiance de ses patrons.

«Ça va prendre de la profondeur et à toutes les positions, a résumé Bolduc. On a 20 matchs cette année, c’est une vraie saison. C’est évident pour moi que le club ayant le plus de profondeur va finir premier dans la section Est.»

La formation montréalaise poursuivra maintenant sa préparation en affrontant le Rouge et Noir d’Ottawa, le vendredi 3 juin à Montréal, avec Adams fils et Harris. Il s’agira de l’ultime match préparatoire des Alouettes avant d’entamer la saison, à Calgary, le jeudi 9 juin, contre les Stampeders.

__________________________________

Une journée folle... 

Ce match à Hamilton a eu lieu dans le cadre d’une journée plutôt exigeante pour les membres des Alouettes. Partie en avion de Trois-Rivières en fin de matinée, l’équipe est venue disputer la rencontre et devait revenir en Mauricie aux petites heures de la nuit.

«C’est pour sauver un peu d’argent dans les matchs hors concours parce qu’au lieu d’avoir 42 joueurs, on en a 76, a expliqué Bolduc, précisant que la situation n’était pas causée par les négociations ardues pour le renouvellement de la convention collective. Il y a une question de coût, mais c’est aussi que les joueurs font une rotation pendant un match préparatoire. La plupart d’entre eux jouent un quart ou un quart et demi, le temps de les évaluer, puis on les retire.»