Balados

«Les buts remplis»: un gérant de bonne humeur

Publié | Mis à jour

Le match d’ouverture des Capitales de Québec, mardi soir au Stade Canac, pouvait difficilement mieux se conclure : un gain de 4 à 3, en 10e manche, à la suite d’un coup sûr victorieux de Pedro Gonzalez. 

Au lendemain de cette victoire contre les Grizzlies de Gateway, le gérant des Capitales de Québec Patrick Scalabrini était l’invité du balado «Les buts remplis», animé par Benoît Rioux et Sylvain Rondeau. Il est revenu sur l’ambiance présente au Stade Canac, la veille, mais également sur le début de la saison de son équipe. À écouter ici:

Avec une fiche de 7-3, les Capitales dominent provisoirement le classement de la section Est de la Ligue Frontière de baseball. Scalabrini a notamment eu de bons mots pour les Québécois faisant partie de son club : Miguel Cienfuegos, David Glaude, Jonathan Lacroix et Marc-Antoine Lebreux. 

«Nos quatre Québécois font très bien ça, cette année, particulièrement Jo Lacroix. C’est un homme transformé, il est arrivé plus fort physiquement. Je sais qu’il s’est entraîné fort avec Louis-Philippe Pelletier et [Abraham] Toro et il a un très bon début de saison. Glaude va toujours être l’un de nos meilleurs joueurs, Miguel [Cienfuegos] fait toujours bien ça et Lebreux nous force à le mettre dans la formation partante parce qu’il amène certaines dimensions intéressantes avec sa vitesse et son excellence en défensive.»

Gladu s’impose à Trois-Rivières 

Parmi les autres Québécois oeuvrant dans la Ligue Frontière, il y a lieu de souligner le superbe début de campagne de Raphaël Gladu, chez les Aigles de Trois-Rivières. Après 10 matchs, Gladu domine le circuit avec une incroyable moyenne au bâton de ,500, à la suite de 20 coups sûrs en 40 présences officielles au marbre. 

Les Aigles, qui ont aussi gagné leur match d’ouverture à domicile mardi, présentent pour leur part un dossier de 4-6 actuellement. 

Au-delà de la présente saison des Capitales de Québec, il a aussi été question brièvement de psychologie sportive, avec Scalabrini, mais aussi avec Karl Gélinas, collaborateur régulier au balado.