Crédit : EDUARDO LIMA/AGENCE QMI

Basketball

L'Alliance perd son premier match

Publié | Mis à jour

Du jeu rapide et excitant! L’Alliance de Montréal a bien bataillé face aux Honey Badgers, mercredi soir à Hamilton, pour finalement s’incliner 80 à 72 dans ce qui était le premier match dans l’histoire de l’équipe au sein de la Ligue élite canadienne de basketball (LECB).

«C’est sûr qu’il y a de la déception parce qu’on a perdu, a noté le co-capitaine de l’Alliance Hernst Laroche, au terme de la rencontre. On peut tirer des leçons de ça, il faut conserver de la rigueur et de l’intensité tout au long du match.»

Laroche, 33 ans, a été le joueur le plus utilisé par l’Alliance, passant plus de 31 minutes sur le court. Terminant la partie avec sept points et quatre passes décisives, il a notamment contribué à une vaine remontée.

«Nos joueurs montréalais nous ont remis dans le match, mais malheureusement, on a manqué un peu d’adresse sur des tirs à la fin», a pour sa part mentionné l’entraîneur-chef Vincent Lavandier, ayant des bons mots pour Laroche, mais aussi pour Alain Louis.

Le club montréalais, qui tirait de l’arrière par 13 points après trois quarts, s’est approché à un seul point avec environ cinq minutes et 30 secondes à écouler au cadran. Devant une foule estimée à environ 900 spectateurs au FirstOntario Centre, Isiah Obsorne a été le plus productif de l’Alliance dans cette rencontre avec 16 points.

Conclusion sur lancer franc

Après un tir de trois points opportuniste des locaux, le pointage était de 71 à 66 pour Hamilton lors de l’application du fameux règlement «Elam Ending». À partir de ce moment, le chronomètre a été mis de côté pour les quatre dernières minutes. Tel que déterminé par la règle en vigueur dans la LECB, la première formation ayant 80 points, soit neuf points ajoutés au score le plus élevé, devait l’emporter.

C'est Caleb Agada, des Honey Badgers, qui a conclu la rencontre avec un tir gagnant de la ligne des lancers francs. Il y aura des fins plus spectaculaires... Celui ayant représenté le Nigeria aux récents Jeux olympiques de Tokyo a également mené Hamilton avec un total de 17 points.

Laroche marque l’histoire

Pour les livres, il est à noter que Laroche est aussi celui qui a inscrit les premiers points dans l’histoire de l’Alliance. Il croyait d’abord avoir réussi un panier de trois points, mais ce jeu a été annulé en raison d’une violation du chrono de 24 secondes. Laroche a remis ça quelques instants plus tard avec les deux premiers points du club montréalais.

«Je n’avais même pas pensé à ça, ce n’était pas mon but, mais je suis content d’avoir été le premier à marquer, a réagi celui qui porte le numéro 2. Je suis un fier Montréalais et donc, je suis évidemment heureux de mettre ma marque dans l’histoire de l’Alliance.»

Décisions difficiles

Selon une règle en vigueur dans la LECB, seulement 10 joueurs doivent être en uniforme pour l’équipe durant les matchs à l’étranger. Pour la première partie, les Québécois James Jean-Marie et Lawi Msambya ont ainsi dû passer leur tour.

«Je pense que la ligue doit évoluer là-dessus pour avoir 12 joueurs actifs, comme ça se passe à peu près dans toutes les ligues du monde, a plaidé Lavandier. Ce n’est jamais simple, mais j’ai expliqué mes décisions individuellement. Après, je sais que ceux qui ne sont pas là s’entraînent fort et veulent être dans l’équipe lors du prochain match.»

Voici les 10 joueurs qui étaient en uniforme, mercredi soir à Hamilton, pour le premier match dans l’histoire de l’Alliance de Montréal.

Sherwood Brown (#15)

Nathan Cayo (#7)

Marc-André Fortin (#6)

Dominic Green (#3)

Hernst Laroche (#2)

Alain Louis (#13)

Abdul Mohamed (#21)

Isiah Osborne (#1)

Kemy Ossé (#23)

Gaios Skordilis (#35)

Le commissaire se cherche un billet...

Maintenant que le tout premier match de l’histoire de l’Alliance est chose du passé, l’heure est venue de se tourner vers la grande ouverture de l’équipe à domicile qui aura lieu, dimanche, à l’Auditorium de Verdun.

Déjà, il a été annoncé que la partie sera disputée à guichets fermés, soit devant 3700 spectateurs. Au grand plaisir du commissaire de la Ligue élite canadienne de basketball, Mike Morreale, qui était d’ailleurs présent au FirstOntario Centre, mercredi soir, à Hamilton.

«Je serai aussi à l’ouverture à Verdun, dimanche, mais j’ai entendu dire qu’il n’y avait plus de billets disponibles. Je devrai me trouver un siège», a blagué Morreale, mercredi soir à Hamilton, lorsque rencontrée en marge du match entre l’Alliance et les Honey Badgers.

«L’équipe n’a pas encore joué une partie à Montréal, mais on sent déjà un engouement et de l’excitation. Annie [Larouche], Joel [Anthony] et Vincent [Lavandier] ont tous fait un travail fantastique et c’est maintenant aux joueurs de prendre le relais», a ajouté le commissaire en félicitant, dans l’ordre, la vice-présidente aux opérations, le directeur général et l’entraîneur-chef du club montréalais.

Party en vue à Verdun

Le match à Hamilton a certainement pu donner un avant-goût de ce à quoi peuvent s’attendre les spectateurs de Verdun sur le terrain, mais sans être chauvin, on imagine que la fête sera plus grandiose. Le groupe Avenue Inn, qui est originaire de Niagara, s’occupait du spectacle d’avant-match dans le hall d’entrée du FirstOntario Centre, mais peu de partisans semblaient s’en préoccuper.

«À chaque match, on va avoir une terrasse sur le côté de l’auditorium, il y a aura de la musique et des "food trucks", a pour sa part annoncé Annie Larouche, vice-présidente des opérations de l’Alliance. Ce qu’on veut, c’est inviter les gens à arriver plus tôt et manger plus tôt, même si nous aurons des concessions.

«Le basketball offre un rythme très rapide, tu clignes des yeux et tu as manqué quelque chose. Donc, on ne veut pas que les spectateurs attendent en ligne aux concessions alimentaires. On souhaite créer une atmosphère avant même que les gens mettent les pieds dans l’auditorium.»

Un rappeur chez les visiteurs?

À propos, Annie Larouche n’a pas fait le voyage à Hamilton : elle avait trop de trucs à finaliser. Ça promet!

Même les visiteurs, les Shooting Stars de Scarborough, pourraient compter dans leur formation sur le rappeur J. Cole... Sa venue reste toutefois à confirmer. Après tout, Scarborough n’aura droit qu’à 10 joueurs en uniforme.