JiC

«J'emmène les jeunots à l'école» - Jean Pascal

Publié | Mis à jour

Jean Pascal a, une fois de plus, fait mentir bien des experts dans le monde de la boxe en l'emportant contre Fanlong Meng, vendredi dernier. 

En entrevue avec Jean-Charles Lajoie, mercredi, le boxeur a dévoilé la recette de son succès. 

«Il faut croire en soi, il faut travailler fort, avoir de la discipline, mais surtout persévérer quand c'est difficile. Avec l'âge, j'ai changé mes habitudes et j'ai changé ma façon de m'entraîner. C'est ça la clé, prendre soin de soi autant intérieurement qu'extérieurement. C'est ça qui fait la différence. Présentement, je peux me permettre de dire que je suis un boxeur complet.» 

Pascal est également d'avis que les nombreuses batailles livrées tout au long de sa carrière ont fait de lui un athlète très difficile à affronter.

«Je crois que c'est difficile de s'ajuster à la boxe de Jean Pascal. Je ne boxe pas comme un boxeur classique. J'ai boxé contre les meilleurs au monde comme Kovalev, Bute et Hopkins. On ne peut pas acheter l'expérience, on peut juste l'acquérir avec le temps. Durant ma carrière, j'ai eu beaucoup d'adversité. Avec ce bagage d'expérience, je l'apporte dans l'arène pour amener mon adversaire dans le côté obscur. Maintenant, c'est moi le vétéran. J'emmène les jeunots à l'école.» 

Même s'il ignore ce que l'avenir lui réserve, le Québécois ne dirait pas non à un duel face à Artur Beterbiev.

«Ce serait quelque chose de très intéressant, autant pour Artur que pour moi, mais encore plus pour les amateurs du Québec. Je ne ferme pas la porte à ça. Présentement, je laisse tout ce travail à Greg Leon. C'est un excellent manager de boxe. Comme moi, il est sous-estimé dans le métier. Si ça fait du sens, je vais toujours être partant. Mon but n'a jamais été l'argent. C'est le triomphe, je veux apporter quelque chose à la boxe au Québec et laisser mon nom pour quand je vais quitter ce monde. Artur n'a jamais vu un boxeur de ma trempe, jusqu'à présent.»

Si jamais ce combat devait avoir lieu, Pascal veut s'assurer d'être à la hauteur. C'est pour cette raison qu'il est déjà prêt à reprendre le travail.

«Présentement, je suis en vacances, mais je retourne au gym demain matin. Tout ce que j'ai pu acquérir pendant mon camp d'entraînement, je ne veux pas le perdre. C'est important pour moi de retourner à l'entraînement le plus vite possible. Je veux continuer sur ma lancée.» 

Voyez l'entrevue dans la vidéo ci-dessus.