Crédit : AFP

Hockey

Les Américains se compliquent la tâche

Publié | Mis à jour

Karel Vejmelka a repoussé 24 rondelles pour permettre à la Tchéquie de blanchir les États-Unis 1 à 0, dimanche à Tampere, dans le cadre du Championnat du monde de hockey.

C’est en troisième période que le portier des vainqueurs a le plus eu à se signaler, avec neuf arrêts.

«Nous avons très bien joué défensivement», a-t-il indiqué, lui dont les propos ont été repris par le site de l’IIHF après le match.

«Je me sens de mieux en mieux à chaque jour, chaque match, chaque minute passée sur la patinoire. C’est un style de jeu différent que dans la Ligue nationale, alors je me sens mieux qu’en début de tournoi.»

Matej Blümel a été l’unique marqueur de cette rencontre. Il a trompé la vigilance de Jeremy Swayman en deuxième période. Le gardien des Bruins de Boston a été mis à l’épreuve à 16 reprises.

L’espoir du Canadien de Montréal Sean Farrell a été utilisé pendant 8 min 23 s, étant bien évidemment blanchi de la feuille de pointage.

Les Américains sont donc dans une situation compliquée. Au quatrième rang dans le Groupe B, ils devront vaincre la Norvège pour s’assurer une place en quart de finale. Advenant une défaite et une victoire en temps réglementaire des Lettons, ils seraient éliminés.

Les Tchèques, pour leur part, sont qualifiés pour les matchs éliminatoires.

L’Italie reléguée

Dans un match avec à la clé une relégation pour l’équipe perdante, le Kazakhstan s’est assuré de participer au Mondial 2023 en venant à bout de l’Italie au compte de 5 à 2.

Alikhan Asetov a réussi le but de la victoire. Ses coéquipiers Curtis Valk, Nikita Mikhailis, Roman Starchenko et Valeri Orekhov ont également touché la cible.

La Grande-Bretagne aussi

La Grande-Bretagne est passée bien près de surprendre l’Autriche et d'éviter la relégation, mais cette dernière est revenue de l’arrière pour l’emporter 5 à 3 et porter le coup de grâce à ses adversaires.

Les Autrichiens, qui avaient besoin d’un point au classement pour éviter d’être rétrogradés à la place de leurs rivaux, ont dû puiser dans leurs réserves, eux qui tiraient de l’arrière 2 à 0 après 40 minutes de jeu, et même 3 à 1 à un certain point en début de troisième période. Dominique Heinrich et Benjamin Nissner ont toutefois créé l’égalité, tandis que Thomas Raffl a donné les devants aux vainqueurs avec 66 secondes à jouer.