LNH

«On n’a plus le droit de perdre» - Jonathan Huberdeau

Publié | Mis à jour

Les mines étaient basses dans la salle de conférence où Sam Reinhart, Jonathan Huberdeau et l’entraîneur-chef Andrew Brunette ont défilé après ce troisième revers consécutif des Panthers de la Floride.

Était-ce en raison de l’agonie de la défaite ou parce qu’ils savent que remporter quatre matchs de suite face au Lightning de Tampa Bay tient du miracle? Ned Braden aurait sûrement gagé 10 piastres sur la deuxième option.

«L’important pour nous, c’est d’aller chercher une victoire. Personne, non plus, ne pensait qu’on allait perdre trois à zéro dans cette série», a indiqué Huberdeau, laissant sous-entendre, avec raison, que personne ne croit à un renversement de situation de la part de ses coéquipiers et lui.

En effet. Personne n’y croit. Après tout, le Lightning n’a pas subi deux revers consécutifs en séries éliminatoires depuis 2019.

«On peut revenir de l’arrière. Il s’agit de remporter un premier match et marquer plus qu’un but», a déclaré le Québécois.

«On n’a plus le droit de perdre, a-t-il ajouté. Tout le monde doit en donner plus.»

Dommage qu’il ait fallu que les Panthers aient le dos au mur pour réaliser l’urgence de la situation. Brunette ne l’a pas signifié aussi clairement, mais il a passé le message que sa troupe manquait un peu de vigueur.

«Le Lightning a plus de volonté et de détermination que nous. Ses joueurs bloquent des tirs, ce que nous ne faisons pas. Sur les rondelles libres, ils nous battent constamment. Ce sont de petits détails qui, additionnés les uns aux autres, font une grande différence au bout de 60 minutes», a déclaré l’entraîneur-chef des Panthers.

Frustrés par Vasilevskiy

Il faut dire que la tenue d’Andrei Vasilevskiy n’a rien pour raviver la flamme des Panthers. Le gardien russe a repoussé 102 des 105 tirs de ses adversaires. Ce qui lui confère un impressionnant taux d’efficacité de ,971.

Quand le moral ne vole pas déjà haut, il y a de quoi d’encore plus décourageant à se frotter à un gardien au sommet de son art.

«On affronte le meilleur gardien du circuit. Il fait les arrêts. On a nos occasions de marquer, mais on n’obtient pas de rebonds favorables», a dit Huberdeau, limité à deux mentions d’assistance jusqu’ici face au Lightning.

D’ailleurs, Reinhart a admis que la frustration commençait à se faire sentir au sein des troupes.

«C’est difficile de ne pas l’être (frustrés), a soutenu l’attaquant. Vasilevskiy joue de l’excellent hockey. Pour le battre, on doit continuer de faire ce qui fonctionnait bien pour nous, comme placer plus de circulation devant le filet. En troisième période, on a sorti un peu de notre plan de match. Ça vient avec la frustration de ne pas être en mesure de marquer.»

Et il serait surprenant que la situation change d’ici lundi soir.