Crédit : AFP

Tennis

Leylah Fernandez au deuxième tour à Roland-Garros

Publié | Mis à jour

PARIS – Leylah Fernandez avait ce rêve de disputer, un jour dans sa carrière, un match devant une foule hostile à son endroit, dans une ambiance qui ressemblerait à celle «d’un match de foot».

Un drôle de rêve quand même, qui vient peut-être du fait que son père Jorge est un ancien joueur de soccer et qu’elle-même aime beaucoup le ballon rond.

La Québécoise peut maintenir dire qu’elle l’a réalisé, dimanche à Roland-Garros. Tout au long de cette rencontre de premier tour disputée sur le court Suzanne-Lenglen, deuxième en importance à Paris, les «allez Kiki!» et les chants ont résonné dans le stade pour encourager son adversaire du jour, la Française Kristina Mladenovic.

Nullement impressionnée, la petite gauchère, 17e favorite à la Porte d’Auteuil, a signé une victoire de 6-0 et 7-5 en 1 h 24 min de jeu, pour ainsi obtenir son billet pour le deuxième tour.

«Très difficile»

Elle a d’ailleurs remercié la foule «pour son soutien» en entrevue sur le court, même si ces spectateurs venaient tout juste de la huer copieusement après qu’elle eut contesté une balle de Mladenovic appelée à l’intérieur des lignes.

Une décision qui a été renversée par l’arbitre et qui a donné point de match à la joueuse de 19 ans.

«Honnêtement, c'était très difficile, a-t-elle dit à propos des spectateurs. Mais je suis très contente d’avoir pu jouer contre une foule comme ça. J'ai toujours rêvé d’avoir cette expérience et on ne sait jamais quand ça va se reproduire.»

En 29 minutes

Le jeu de Mladenovic, qui a été brièvement top 10 en 2017, est à des années-lumière de ce que la grande Française proposait lors de ses meilleures années.

Aujourd’hui âgée de 29 ans et tombée au 107e rang mondial, «Kiki» n’a gagné qu’un match dans le grand tableau d’une épreuve de la WTA depuis le début de la saison.

Fernandez a bien profité des fautes directes et des largesses au service de sa rivale lors de la première manche, ne lui laissant aucun jeu et filant avec le set en seulement 29 minutes.

Une autre remontée

Mais la deuxième manche a été plus accrochée. De son propre aveu, la Lavalloise a elle-même commencé à multiplier les erreurs non provoquées (elle en a commis 10 dans ce set) et elle s’est retrouvée au pied du mur, menée 5-3.

Mladenovic a d’ailleurs eu deux chances de forcer la tenue d’une manche ultime, mais chaque fois, Leylah a résisté. Puis, elle a amorcé une autre de ces remontées qui font son succès et se mesurera mercredi à la Tchèque Katerina Siniakov, 56e mondiale.

«J'ai commencé à faire plus d'erreurs sur mon coup droit, mais elle a aussi élevé son jeu. Elle a mis plus de balles dans le terrain, elle était plus offensive», a analysé la gagnante.

Rebecca Marino s’écroule en deuxième manche

Après avoir livré une rude bataille à Cori Gauff en première manche, la Canadienne Rebecca Marino s’est effondrée en deuxième, subissant ainsi la défaite 7-5 et 6-0 au premier tour des Internationaux de France, dimanche à Paris.

Marino, 116e raquette de la WTA, a subi un bris à 5-6, de sorte que tous ses efforts sont tombés à l’eau. Elle avait pourtant obtenu pas moins de huit balles de bris au cinquième jeu du match, mais elle n’a pas été en mesure de mettre la touche finale.

Crédit photo : AFP

Au deuxième set, qui a duré 27 minutes, Marino n’a pratiquement offert aucune opposition.

Marino a dû passer par les qualifications pour accéder au tableau principal. Elle s’amenait ainsi avec confiance puisqu’elle n’a perdu que 12 jeux en trois parties dans des victoires contre Paula Ormaechea, Katarina Zavatska et Seone Mendez.

Gauff, 18 ans et 18e joueuse mondiale, avait atteint son premier quart de final en Grand Chelem à Paris l’année dernière, concluant sa saison sur terre battue avec un dossier de 16-4. La situation est un peu plus compliquée cette année. Elle a en effet été éliminée au troisième tour à Madrid et à Rome.

Elle affrontera maintenant la Belge Alison Van Uytvanck (61e) en deuxième ronde avec la ferme intention de retrouver son aplomb.