CF Montréal

Le CF Montréal ne peut renouer avec la victoire

Publié | Mis à jour

Après une belle séquence de huit matchs sans défaite, le CF Montréal s’est incliné pour une seconde fois de suite en baissant pavillon 2 à 1 face au Real Salt Lake dimanche après-midi au Stade Saputo où il subissait un premier revers cette saison.

Les Montréalais ont pris l’avance dès la 43e seconde sur un but de Djordje Mihailovic et pensaient mener 2 à 0 à la 15e minute quand Romell Quioto a battu Zac McMath, mais il était finalement hors-jeu.

Et c’est à partir de ce moment que les choses se sont mises à dérailler pour les locaux. Salt Lake, qui a récolté une première victoire en cinq visites à Montréal, a pris le contrôle du match et ce n’était qu’une question de temps avant que ça dégénère.

C’est finalement en seconde demie que le barrage a cédé, le Bleu-Blanc-Noir s’accrochant jusqu’alors sur le plan défensif. L’équipe a eu du mal à gérer la pression élevée de Salt Lake en plus de paraître fatiguée à son troisième match en une semaine.

Nancy n’a pas aimé

Wilfried Nancy n’a pas pris de détour, ce match lui a laissé un mauvais goût en bouche.

«Je n’ai pas aimé les premières minutes, a-t-il expliqué. Ce n’est pas nous de concéder le ballon comme ça. Du coup, ils ont eu plus d’opportunités en première mi-temps. Voyez le point de presse dans la vidéo ci-dessous.

POINT DE PRESSE DE WILFRIED NANCY -

«On était entre-deux, que ce soit défensivement ou offensivement. Même si on avait gagné ou fait match nul, je n’ai pas aimé ce match. D’habitude, on est plus agressif et quand on est entre-deux, on est moyens», a ajouté l’entraîneur-chef qui a trouvé son équipe «trop attentiste» après le second but des visiteurs.

Même si son équipe vient de subir deux revers de suite, il a maintenu qu’il fallait rester calme.

«Comme je l’ai dit auparavant, on a eu une série de matchs où on ne perdait pas et on ne s’est pas enflammé. On veut de perdre deux matchs, on ne va pas se décourager.»

Douze minutes

Même si Salt Lake a dominé la rencontre, l’équipe de l’Utah n’a eu besoin que de douze minutes pour régler le cas des Montréalais en seconde demie et réduire au silence les 14 205 spectateurs présents.

Jusen Glad a d’abord eu beaucoup trop d’espace pour faire une tête sur un coup de pied de coin, ce qui lui a permis de créer l’égalité à la 54e.

Puis une longue passe entre deux défenseurs a permis à Sergio Cordova de se présenter seul devant Sebastian Breza pour marquer à la 66e.

Spectaculaire en première demie avec deux arrêts qui ont soulevé la foule, Breza a moins bien paru avec son angle d’attaque sur ce tir.

But rapide

Le Bleu-Blanc-Noir a amorcé la rencontre en lion en quand Djordje Mihailovic a marqué dès la 43e seconde après un bel effort de Joaquin Torres dont le jeu a été complété par une passe d’Ahmed Hamdi vers Mihailovic dont c’était le 7e but de la saison.

Il s’agissait du troisième but le plus rapide de l’équipe depuis qu’elle a joint la MLS. Et par un drôle de détour du hasard, c’est la seconde fois cette saison que Mihailovic se retrouve avec le troisième but le plus rapide du club en MLS.

En effet, le milieu de terrain a aussi marqué à la 58e seconde contre Vancouver le mois dernier, ce qui était alors le 3e but le plus rapide.

Pour les curieux, le record est détenu par Andrés Romero qui avait marqué à la 22e seconde en 2013. Anthony Jackson-Hamel est deuxième à 27 secondes en 2019.

Pas assez

Mais voilà, ce but rapide aurait dû lancer l’équipe et c’est plutôt le contraire qui s’est produit.

«C’est décevant et énervant de perdre ce match, on n’a pas ce qu’il fallait, a pesté Rudy Camacho dans l’annexe du vestiaire où se déroulent les entrevues. On savait qu’ils allaient nous attendre. On a été parfois impatients avec le ballon, on n’a pas fait ce qu’il fallait pour les déséquilibrer.

«On a marqué tôt et on n’a pas continué à jouer. Il fallait continuer de pousser, on a manqué d’énergie sur les deux derniers matchs. C’est un mauvais soir, il faut rectifier ça et ne pas se faire punir bêtement.»

Le CF Montréal recevra le Forge de Hamilton en quart de finale du Championnat canadien, mercredi.

SOMMAIRE

DEUXIÈME DEMIE

60e minute | BUT RSL 2-1 Sergio Córdova (RSL) trompe la vigilance de Sebastian Breza et le Real Salt Lake prend les devants pour une première fois dans le duel

Sergio Cordova donne les devants à Real Salt Lake -

54e minute | BUT RSL 1-1 Justen Glad (RSL) redirige le ballon de la tête derrière Sebastian Breza (MTL) et crée l'égalité

Justen Glad crée l'égalité -

46e minute | Début de la deuxième demie

PREMIÈRE DEMIE

45e minute | Le gardien Sebastian Breza vole la vedette jusqu'à présent, cette fois le portier se dresse magnifiquement devant Bobby Wood (RSL)  

ARRET BREZA AVEC CHEST -

40e minute | Le Real Salt Lake se fait de plus en plus insistant, Justin Meram (RSL) obtient une chance en or de créer l'égalité, mais sa frappe rate complètement

27e minute | Sebastian Breza (MTL) prive Bobby Wood (RSL) à l'aide d'une superbe parade, quel arrêt!

ARRET BREZA BOBBY WOOD -

23e minute | Le Real Salt Lake crée du danger sur un coup de pied de coin, la brigade défensive montréalaise fait le travail et sauve les meubles

16e minute | Djordje Mihailovic (MTL) lance habilement Romell Quioto (MTL) qui s'échappe et enfile l'aiguille, l'international hondurien était toutefois en position de hors-jeu, la marque demeure 1-0 à l'avantage du CFM

CF Montréal - Real Salt Lake: but refusé à Romell Quioto -

9e minute | Victor Wanyama (MTL) accepte la remise de Lassi Lappalainen (MTL) et dirige une frappe qui rate le cadre

7e minute | Sergio Córdova (RSL) reprend le ballon de la tête à la suite d'un coup de pied de coin, sans succès

1ère minute | BUT MTL 1-0 Le CF Montréal frappe tôt, Djordje Mihailovic inscrit son septième filet de la campagne alors qu'il était oublié dans la surface de réparation

mihailovic 1-0 -

1ère minute | Début de la partie

Avant-match                     

« Il faut être fier de notre nouveau record et voir le côté positif des choses », a souligné Djordje Mihailovic vendredi.

« C’est à nous de démarrer une nouvelle séquence », a pour sa part lancé Samuel Piette.

Pas de doute possible, le Bleu-blanc-noir est très à l’aise au Stade Saputo où il a remporté ses trois matchs jusqu’à maintenant.

La seule défaite à domicile a été subie au Stade olympique lors du second match de la saison contre l’Union de Philadelphie.

L’équipe va disputer trois matchs d’ici samedi prochain, dont le quart de finale du Championnat canadien contre Hamilton, mercredi. C’est donc dire que tout le monde sera appelé à contribuer.

« La clé de notre séquence sans défaite a été la diversité des joueurs impliqués et ce que chacun apportait au jeu d’ensemble », a d’ailleurs souligné Mihailovic. 

Pas d’objectif

Le CF Montréal jouera donc tous ses matchs au Stade Saputo jusqu’au 25 juin avant de prendre la route de la côte ouest.

D’ici là, il pourrait ajouter quelques victoires et de précieux points pour la suite de la saison, mais Wilfried Nancy refuse de mettre un objectif chiffré.

« Je ne me fixe jamais d’objectifs en termes de points ou de victoires, a-t-il assuré jeudi. C’est toujours un objectif en fonction du prochain, on veut le gagner.

« Par contre, si on me repose la question dans les cinq derniers matchs de la saison, j’aurai peut-être des nuances dans ce que je dis. Pour le moment, on est en milieu de saison et on veut avoir le plus de points possible avant la trêve. »

Rotation ou pas ?

Lors du match à Nashville, Nancy a fait très peu de rotations, ne remplaçant que Romell Quioto pendant que Joel Waterman retrouvait sa place en défense centrale après un match de suspension.

L’entraîneur-chef a tenu à expliquer comment il en est venu à cette décision, ce qui expliquera celles envisagées en vue du match de dimanche après-midi.

« Chaque fois que je prépare un match, c’est la première mi-temps [qui compte en premier]. Avec les données qu’on a, je ne pensais pas qu’il fallait faire de rotation sur ce match, sachant qu’on est dans une bonne dynamique. »

On ne sait pas encore si Ismaël Koné sera en mesure de jouer. Il éprouvait un problème à une jambe. Par contre, Kei Kamara, qui a subi une fracture au cinquième métatarse de la main gauche, devrait être disponible, il portera un plâtre.

Bonne décision

Pendant la pause de la mi-temps, on procédera à une cérémonie visant à retirer le numéro 12 pour le rendre aux partisans, une belle initiative qui s’inscrit dans la volonté du club de se rapprocher de ses partisans les plus fervents.

D’anciens joueurs ayant porté le numéro 12 y seront, dont Patrick Diotte, Eduardo Sebrango, Sandro Grande et Amir Lowery.

« On voit que depuis que Gabriel [Gervais] est en poste, il y a ce lien avec la communauté, qui était peut-être brisé, qui revient. L’équipe fait des gestes concrets comme ça », a observé Samuel Piette, qui apprécie l’initiative.

« Sans les fans, il n’y aura pas de sport, c’est super important qu’on leur en redonne et qu’on attire le plus de gens possible, parce que sur le terrain, on le sent quand ils sont derrière nous. »

 

De la visite rare au Stade Saputo  

Un affrontement contre Real Salt Lake, c’est comme Noël, Pâques on un anniversaire. Ça n’arrive qu’une fois dans une année.

On le sait, le calendrier de la MLS est ainsi fait que les équipes de l’Est et de l’Ouest ne se font face qu’une seule fois dans l’année. Un second face-à-face ne peut survenir qu’en finale de la Coupe MLS.

Pas évident donc de se préparer pour un adversaire qu’on ne connaît pas tellement, mais pour ça, il y a la vidéo.

« Avec la vidéo, il n’y a pas de souci, a assuré Wilfried Nancy vendredi. On voit tous les matchs, on est capables d’analyser l’équipe.

« C’est sûr qu’on ne les connaît pas beaucoup, mais avec les images qu’on va montrer, les joueurs vont avoir une bonne idée de leur style de jeu, de ce qu’ils font bien et d’où on peut les attaquer. »

Opposition différente

Salt Lake occupe le cinquième rang dans l’Association Ouest avec 19 points en vertu d’une fiche de 5-3-4. Nancy se méfie de ce que l’équipe de l’Utah peut faire même si celle-ci a encaissé quatre revers en autant de visites à Montréal depuis 2012.

« Les images montrent que c’est une équipe qui travaille bien ensemble, qui n’a pas peur de défendre en nombre, qui est capable aussi de presser à certains moments.

« Ils peuvent avoir un jeu assez direct. Ils sont capables de combiner, mais ce n’est pas une équipe de possession comme Charlotte par exemple, même s’ils sont capables de le faire. »

Cela dit, l’entraîneur-chef parle davantage d’opposition que de Salt Lake comme tel. C’est un peu comme s’il voulait dépersonnaliser l’adversaire. 

Trois ou quatre matchs

Nancy a justement abordé la question de la préparation vidéo et de la façon dont on l’utilise pour informer les joueurs et se renseigner sur un adversaire moins fréquent.

« On regarde les trois ou quatre derniers matchs. Là, ils jouent en déplacement alors on va regarder les deux ou trois derniers matchs qu’ils ont joués en déplacement plus un match à la maison. »

« Ça va nous permettre d’avoir une petite idée de comment ils jouent quand ils sont à l’extérieur ou à la maison. » 

L’adversaire en 5 points  

Dur à l’étranger

Salt Lake n’a pas perdu une seule fois en cinq rencontres à la maison (4-0-1), mais c’est plutôt compliqué à l’étranger où l’équipe de l’Utah présente un dossier d’une victoire, trois défaites et autant de verdicts nuls.  


Grosse différence

Salt Lake n’est tout simplement pas la même équipe selon qu’elle joue chez elle ou qu’elle est en déplacement. En cinq matchs locaux, SLC a marqué huit buts et en a accordé seulement quatre. En sept parties à l’étranger, ce sont quatre buts marqués et 12 accordés.


Sans Caldwell

Salt Lake se présente à Montréal sans son milieu défensif Scott Caldwell, qui est suspendu pour accumulation de cartons jaunes. Un autre milieu, Damir Kreilach, devrait lui aussi rater la rencontre en raison d’une blessure au dos.


En dents de scie

Le Real Salt Lake n’a que trois défaites, mais a tout de même un premier tiers de saison en dents de scie. Après une séquence de quatre matchs sans défaite pour amorcer la saison, SLC n’a remporté que deux matchs dans les huit suivants.


Bon en deuxième

Salt Lake n’a que quatre buts en première demie cette saison. C’est en seconde moitié de match que les dommages sont faits, avec huit réussites. Fait étrange, Salt Lake n’est pas parvenu à marquer cette saison dans le second quart d’heure de chacune des demies.