Crédit : AFP

Sports divers

«Early Voting» l’emporte au Preakness Stakes

Publié | Mis à jour

Le poulain «Early Voting» a remporté la 147e édition du Preakness Stakes, deuxième manche de la Triple Couronne, en prenant les devants tardivement, samedi, à Baltimore, au Maryland.

Le tableau était ouvert aux neuf cavaliers et leurs montures pour le «Joyau du milieu de la Triple Couronne», après le forfait de l’équipe de «Rich Strike», vainqueur au Derby du Kentucky, qui a plutôt décidé de se concentrer sur le Belmont Stakes du 11 juin.

«Early Voting» et son jockey, Jose Ortiz, avaient une cote de 5 contre 1 avant d’amorcer le parcours du Pimlico Race Course. «Epicenter» (6-5) faisait figure de favori, mais il a été frustré une fois de plus en terminant au deuxième rang, comme au Kentucky. «Creative Minister» a complété le podium.

«Armagnac» a dominé les trois premiers quarts de la course de 1900 mètres, avant d’être dépassé par l’éventuel vainqueur en sortant du virage. «Early Voting» a pris plusieurs foulées d’avance avant qu’Ortiz ne déplace sa monture devant «Epicenter» sur le bord des rails pour neutraliser toute tentative.

Le cheval a été entraîné par Chad C. Brown, qui avait aussi remporté le Preakness Stakes en 2017, grâce à «Cloud Computing». En homme d’expérience, il n’a jamais été inquiété par le rythme de l’épreuve.

«Ça nous allait de prendre la tête. Je me disais que ça prendrait un bon cheval pour nous battre, et un bon cheval («Epicenter») s’est effectivement approché près du fil d’arrivée, et c’était le seul qui pouvait courir avec nous», a expliqué Brown, ses propos étant repris par le «USA Today Sports».

Il s’agissait seulement de la quatrième course en carrière de «Early Voting». Ortiz, frappé par l’émotion après la course, a indiqué que le poulain âgé de trois ans avait eu un développement tardif, mais qu’il avait toujours su qu’elle avait quelque chose de spécial.