Baseball

Un Canadien d’exception honoré au Wrigley Field

Publié | Mis à jour

L’ancien lanceur Ferguson Jenkins a de quoi rendre le Canada fier. C’est ainsi qu’il a reçu vendredi un nouvel honneur exceptionnel, particulièrement pour un joueur de baseball originaire du pays, alors que les Cubs de Chicago ont dévoilé une statue l’honorant aux abords du Wrigley Field.

• À lire aussi: Les Blue Jays à la recherche de leur identité

• À lire aussi: LBJÉQ : Le Royal souhaite gagner à la mémoire de Flavio

À 79 ans, Jenkins avait encore du mal à y croire au moment de prendre la parole durant la cérémonie d’inauguration.

«D’avoir cette statue aux côtés de celles de mes anciens coéquipiers Ernie [Banks], Billy [Williams] et Ronny [Santo], croyez-moi, j’accepte cet honneur avec humilité», a prononcé le natif de Chatham, en Ontario.

S’il a marqué l’histoire des Cubs, avec qui il a joué durant 10 saisons (de 1966 à 1973, puis en 1982 et 1983), Jenkins est aussi reconnu pour avoir été le premier joueur né au Canada à être admis au Temple de la renommée du baseball, à Cooperstown, en 1991. Depuis, seul l’ancien des Expos de Montréal Larry Walker s’est joint à lui dans les dernières années.

«J’ai vu le produit final et je suis très excité», avait déjà noté Jenkins, plus tôt cette semaine, lorsque joint à son domicile de Frisco, au Texas, par le «Chicago Sun Times».

Jenkins a évidemment marqué l’histoire des Cubs en effectuant 347 départs avec cette équipe. Le Canadien détient par ailleurs aisément le record de concession du plus grand nombre de retraits au bâton, avec 2038, loin devant Carlos Zambrano (1542).

Un Cy-Young avec les Cubs

Durant sa carrière de 19 saisons dans le baseball majeur, au cours de laquelle il a aussi porté les couleurs des Phillies de Philadelphie, des Rangers du Texas et des Red Sox de Boston, Jenkins a fait fendre l’air à un total de 3192 adversaires, ce qui lui procure le 12e rang dans l’histoire, tout juste devant Pedro Martinez d’ailleurs.

Soit dit en passant, Jenkins a aussi été le premier lanceur originaire du Canada à remporter un trophée Cy-Young, remis au meilleur lanceur de chacune des ligues. Seul le Québécois Éric Gagné l’a imité en remportant également le Cy-Young de la Nationale, en 2003. Dans le cas de Jenkins, il avait obtenu l’honneur en 1971 dans l’uniforme des Cubs. Il avait alors maintenu un dossier de 24-13, réalisant au passage 30 matchs complets dans cette seule et même saison. Le Canadien a réussi six saisons de 20 victoires ou plus avec Chicago. Y’a de quoi mériter une statue!