Crédit : Photo AFP

Golf

Tiger rebondit à temps

Publié | Mis à jour

À l’inverse du Tournoi des Maîtres où il l’a entre autres coulé, le fer droit de Tiger Woods lui sauve la peau au Championnat de la PGA.

En deuxième partie de parcours, vendredi, le vétéran golfeur de 46 ans a flirté avec le couperet.

On l’a observé éprouver des douleurs à sa jambe droite en ratant bon nombre de coups à la droite et en tirant de la patte. Il a tout de même lutté avec férocité pour remettre une carte de 69 (-1) et grimper au 53e rang avec une fiche cumulative de +3. Il participera donc aux rondes du week-end dès samedi matin.

Après un oiselet au 10e fanion, le Tigre a fait une gaffe au 11e, une normale 3 de 178 verges. Son double boguey l’a fait passer à +5, au-delà du couperet.

«En cours de ronde, je savais que le couperet tomberait à +4. J’ai bien joué à l’aller et je voulais revenir dans la course pour jouer ce week-end», a-t-il expliqué.

Woods a donc orchestré une remontée même s’il a raté quatre des sept verts en coups prescrits. Son jeu court à point, il a réussi à sauver d’importantes normales.

Notamment au 12e où il a calé un roulé de 14 pieds après une sortie de fosse. Et au 14e, avec un autre roulé de 14,5 pieds après une approche coupée trop courte.

Du 12e au 17e fanion, il a exécuté six roulés au total. Pas surprenant que l’Américain pointe dans le top 10 avec son «putter» en mains.

Peu de chances...

Woods n’est pas dupe. Il sait que ses carottes sont quasi cuites alors qu’il se trouve à 12 coups du meneur. Il espère une ronde semblable à celle de Bubba Watson (63) vendredi afin de remonter au tableau.

«J’ai déjà gagné des tournois alors que j’avais résisté de justesse au couperet, a rappelé le golfeur aux 82 victoires en carrière. Mais ce n’était pas des championnats majeurs. Il y a une raison pour laquelle on lutte avec férocité, c’est pour s’accorder une bonne opportunité durant le week-end. On ne sait jamais quelle séquence brûlante on peut lancer.»

Avec de la pluie et une température plus fraîche au menu, ni éléphant rose ni licorne n’apparaissent aux prévisions météo.

Avec six rondes derrière la cravate depuis son retour au jeu au Masters, on s’aperçoit que Woods manque de répétition. Alors qu’il est limité dans ses options afin de préserver sa jambe droite, les amateurs ne doivent pas s’attendre à le voir prendre le départ fréquemment. Il veut davantage se concentrer sur les grands championnats.

Ayant gagné en 2007 à Southern Hills, c’est pour cette raison qu’il y est débarqué cette semaine.

«J’ai obtenu du succès ici et je peux me mesurer aux meilleurs joueurs au monde. C’est tout ce que je veux faire. J’ai une bonne équipe qui m’entoure et qui est parvenue à remonter un Humpty-Dumpty. Je veux être en mesure de batailler.»

Et la douleur sur une échelle de 1 à 10 après 36 trous?

«Tous ces chiffres», a-t-il répliqué à une question sur le sujet.